Affichage des articles dont le libellé est Eoliennes. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Eoliennes. Afficher tous les articles

lundi 29 mars 2021

Eoliennes : une interview de Stéphane Bern

 

Le médiatique "Monsieur patrimoine" du président Macron ne mâche pas ses mots lorsqu'il évoque l'invasion des éoliennes. Je reproduis les propos tenus lors d'une interview accordée à RT France, découverte en faisant ma revue de presse. Stéphane Bern y est désigné par ses initiales, S.B.

Le reste de la conversation est franco-français et ne peut trouver sa place dans ce blog.

Je serais ravi que les opposants aux parcs éoliens de Tinos puissent trouver de l'intérêt à ces quelques lignes qui montrent clairement le manque de volonté ou l'impuissance politique des dirigeants sur ce sujet brûlant dans les Cyclades, où la population et les élus s'opposent à des projets gigantesques promus par des sociétés au capital international dont l'objectif premier est de toucher des subventions et d'investir sans risque.





RT France : Vous vous êtes également récemment opposé à l'installation d'éoliennes. Pour vous, sont-elles une menace contre le patrimoine, le terroir, nos campagnes, notre environnement ? 

S. B. : Au début quand on ne savait pas, on pensait tous que les énergies renouvelables, c'était formidable. Mais quand elles sont plus polluantes que les énergies fossiles, il faut peut-être se poser des questions. Les Allemands renoncent actuellement aux éoliennes. D'ailleurs, il y a eu dernièrement un reportage sur Arte dévoilant la vérité sur les éoliennes, avec ces pales qui pourrissent. C'est comme quand on s'est lancé dans le nucléaire, on n'imaginait pas ce qu'on ferait 40 ans plus tard avec ses déchets. C'est la même chose. Les déchets des éoliennes, on ne sait pas quoi en faire. Et on bétonnise les sols. Ce sont des tonnes de béton dans le sol dont on ne saura que faire dans les siècles qui viennent. Les éoliennes, ce sont aussi les oiseaux qui se jettent sur les pales, c'est le bruit qui gêne les vaches, c'est cette pollution visuelle et sonore pour les hommes... Et ça détruit les paysages comme ces 12 éoliennes devant la montagne Sainte-Victoire peinte par Cézanne... Cela n'a pas de sens. Et surtout, on ne pourra jamais s'en défaire. 

RT France : Comment expliquez-vous que la France accepte cela ? 

S. B. : Il y a des lobbies européens très puissants, notamment avec de l'argent venant du Danemark. Ils n'ont cessé d'en mettre dans tout le pays et ils ont détruit leur pays. Rendez-vous compte que l'Europe nous impose de mettre plus d'éoliennes. Ce sont des lobbies terribles qui sont à l'œuvre avec beaucoup d'argent. Certains partis écologistes sont aussi financés par le lobby éolien. J'entends les maires des communes qui me disent qu'ils subissent des chantages. Tout cela se passe avec évidemment avec des dessous-de-table. Le maire qui refuse, on lui dit qu'il n'aura pas les subventions mais qu'il subira la pollution visuelle puisque les éoliennes seront installées dans la commune d'en face. Il y a des pressions qui sont faites en permanence sur les maires et sur les paysans car c'est un revenu plus important que ce qu'ils gagnent de leur travail. Mais je crois que les Français commencent à être vent debout. Il y a de plus en plus de protestations qui arrivent sur le bureau de la ministre [de la Transition écologique] Barbara Pompili et du président de la République. Lui-même en a parlé en disant que cela commençait à bien faire... Ça devient une dictature de l'éolienne. 

RT France : N'en demeure pas moins que c'est aussi l'Etat qui pousse à installer davantage d'éoliennes sur le territoire... 

S. B. : C'est ça qui est fou. La France est même revenue sur les recours, en minimisant les recours possibles contre l'éolien. Ça devient une dictature de l'éolienne. 

Pour l'anecdote, j'ai protesté auprès de la banque BNP en leur disant que je ne que je ne comprenais pas leur discours, celui de dire soutenir le patrimoine tout en soutenant l'éolien, en mettant des pages de publicités «nous investissons pour votre avenir» avec une photo d'éoliennes. J'ai dit que je ne pouvais pas accepter cela. J'ai discuté avec le PDG qui m'a expliqué : «Vous comprenez pour nous, c'est 16 milliards d'actifs, donc c'est très important.»

 L'éolien est tellement soutenu par les pouvoirs publics que les Français eux-mêmes préfèrent investir dans l'éolien. C'est en effet tellement garanti par l'Etat, que c'est un investissement sans risque.  

A chaque fois que je fais un voyage avec Emmanuel Macron, je lui montre les éoliennes et comment l'Etat détruit notre beau pays.

RT France : Justement, n'en discutez-vous pas avec Emmanuel Macron pour montrer votre mécontentement ? 

S. B. :  Je lui ai dit ce que j'en pensais. A chaque fois que je fais un voyage avec Emmanuel Macron, je lui montre les éoliennes et comment l'Etat détruit notre beau pays. Je pense que les lobbies européens sont plus puissants que le pouvoir du président.

RT France : Evidemment vous n'allez pas parler à sa place, mais sentez-vous qu'il est réceptif à ce que vous lui dites ? 

S. B. : Mais oui, et c'est cela que je ne comprends pas. Je sens un homme qui, quand même, aime son pays, son patrimoine et estime qu'il y a trop d'éoliennes. Mais après, rien ne se fait. Je pense que les lobbies européens sont plus puissants que le pouvoir du président. Je ne vois pas d'autres explications. A moins que ce soit un double langage mais ce serait décevant.


Pour conclure voici ma position sur les parcs éoliens de l'Egée : il est normal de vouloir profiter de la ressource éolienne dans le cadre de la transition écologique. Il faut rappeler qu'en Grèce une forte part de l'électricité provient de centrales au lignite très polluantes situées dans le centre du Péloponnèse et en Macédoine occidentale.

Mais pourquoi dans cet environnement délicat, dans ces petites îles, promouvoir des installations gigantesques comportant des mâts de 70 m de hauteur et davantage ? Dans le magazine TAMA de 2020 l'ingénieur Anastasia Psaltis évoquait 77 éoliennes à installer à Tinos, 235 à Naxos et dans les petites Cyclades.

Je suis pour ma part favorable à des éoliennes nombreuses, mais de petite taille, intégrées dans le paysage que j'aime. C'est certainement plus cher, bien sûr ! Et sans intérêt pour les investisseurs allemands d'Energy Cyclades Ltd.


Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...