Affichage des articles dont le libellé est Novi Pazar. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Novi Pazar. Afficher tous les articles

samedi 16 janvier 2016

Monastères de Macédoine et de Serbie

Aller de Grèce en France en voiture par l'excellente autoroute des Balkans en traversant la Macédoine (FYROM) et la Serbie permet la découverte de richesses touristiques mal connues : villages traditionnels, bazars d'époque ottomane, villes où voisinent églises et mosquées turques avec leur haut minaret à toit pointu, forteresses, monastères orthodoxes médiévaux.

On rencontre peu de visiteurs étrangers. Malgré des paysages superbes et l'abondance des centres d'intérêt les pays balkaniques sont hors des circuits du tourisme international.

L'histoire récente de l'ex-Yougoslavie nous a parfois interpellés. Mitrovica, Sarajevo, Osijek évoquent les horreurs des années 1990 et les tensions nationales et religieuses ne sont pas toutes apaisées : il est très difficile de pénétrer au Kosovo et au printemps 2015 des miliciens albanais ont tenté un coup de force sur la ville de Kumanovo qui s'est soldé par 22 victimes... Mais nous n'avons rencontré que des gens accueillants.

Ceci étant écrit nous avons décidé de visiter Ohrid en Macédoine et les monastères de la Raska et de la vallée de l'Ibar en Serbie du sud. C'est là que se trouvent les vestiges des royaumes médiévaux de Bulgarie et de Serbie. Ces Etats se sont dégagés de la tutelle de Byzance du 10e au 12e siècle puis ont été détruits par les Ottomans entre le 14e et le 15e siècle. La célèbre bataille de Kosovo, qui voit tomber le roi serbe Lazar et le sultan Mourad date de 1389.

Première étape Ohrid, ville magnifiquement située au bord du lac Prespa du nord et dominée par la forteresse du tsar bulgare Samuel.
C'est d'Ohrid, toute proche de la Grèce, que les moines Cyrille et Méthode sont partis évangéliser les peuples slaves. D'où l'alphabet cyrillique. La ville est à l'origine du patriarcat bulgare. Son premier titulaire est saint Clément.
La ville et ses environs renferment deux sites majeurs, la monastère se Saint-Naum et l'église Saint-Jean de Kaneo, de petites églises byzantines, un musée d'icônes et un musée ethnographique installé dans une vieille demeure patricienne, la maison Robev. Les maisons de pierre et de bois sont semblables à celles de la Grèce du nord. Moins de décoration peinte toutefois.


la maison Robev
Coffres traditionnels dans la maison Robev


Saint-Naum

Ville et lac d'Ohrid
Saint-Jean de Kaneo


































Il est facile de loger à Ohrid à la fin d'octobre du moins !

Départ pour la Serbie après une brève visite de la mosquée peinte de Tetovo et une nuit à Kumanovo. Je recommande l'hôtel Satellit et le restaurant Baba Caga, gastronomique. En Serbie nous nous installons près de Kraljevo à au centre de la région des monastères. Le lendemain visite de Zica, premier siège de l'église autocéphale de Serbie (1208). Les souverains serbes y étaient couronnés.

Monastère de Zica



Fresque à Zica

Fresques admirables ! C'est Byzance !

Nous gagnons ensuite le monastère fortifié de Studenica, construit à la fin du 12e par le premier roi serbe, Stefan Nemanja. Les deux églises sont entourées par une puissante enceinte garnie de tours. On retrouvera cette disposition ailleurs.

Monastère fortifié de Studenica

Le roi fondateur Stefan Nemanja 
Le lustre de Studenica évoque les couronnes votives  germaniques


Aprés Studenica, arrêt au monastère rustique de Stara Pavlica, Fresques de qualité, architecture et sculpture à l'avenant et le charme d'une église rurale, couverte de tapis locaux, sentant l'encens. On adore !
















Stara Pavlica

Route vers Novi Pazar - une ville proche du Kosovo à forte minorité musulmane - et c'est le dernier monastère de la journée, Sopocani. Fondé en 1260, fortifié comme Studenica, on y découvre une admirable fresque représentant la Dormition de la Vierge. Hélas plus assez de lumière pour la photographier.


Sopocani



Le lendemain il nous faut prendre la route vers Belgrade et Trieste. On ne peut s'arrêter qu'à Ravanica, dans la vallée de la Morava. Ce monastère du 14e siècle, époque dite du Despotat, lorsque le roi serbe était vassal du sultan, présente une architecture très raffinée et de merveilleuses fresques. Il est puissamment fortifié et abrite la tombe du roi Lazar, mort lors de la bataille de Kosovo.




Ravanica


Les monastères de Lesnovo en Macédoine et de Miliseva tout près du Monténégro seront mis au programme d'un autre voyage balkanique !


Si vous souhaitez approfondir, visitez le site de l'office du tourisme de Serbie: http://www.serbie.travel/culture-fr/monasteres/



Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...