vendredi 16 novembre 2018

Grèce : musées et sites antiques à vendre !

J'apprends par la presse en ligne que le ministère grec des finances a transmis au TAIPED, l'agence en charge de la privatisation du patrimoine public hellénique, une longue liste de musées et de sites archéologiques ... à vendre !  Au même titre que les ex-compagnies publiques d'électricité (DEI) ou de télécommunications (OTE) et de bien d'autres entreprises appartenant autrefois au peuple grec dans son ensemble.

A vendre - Palais de Knossos

Au sein de cette liste on trouve le palais minoen de Knossos en Crète, la nécropole royale macédonienne de Vergina, la Tour blanche de Thessalonique, le musée archéologique de Véria, le site proto-historique de Santorin dans les Cyclades, les forts d'Arta et de Corfou et ... le tombeau d'Eleuthère Vénizélos à Chania !
Pour faire bon poids sans doute on trouve dans cette liste des sites naturels et des forêts estampillées Natura ou Ramsar.

Cette mise à l'encan est une conséquence du dernier mémorandum intervenu à la suite de la capitulation de Tsipras devant les créanciers en juillet 2015 et suivie de textes de loi scélérats votés par une majorité désormais aux ordres de l'Eurogroupe.

Investisseurs, achetez la culture hellénique ! Mettez barrières et vidéosurveillance dans votre nouvelle propriété, le fort vénitien de Corfou !

La citadelle de Corfou

Privatiser tout cela revient à arracher sa culture au peuple grec en premier lieu et aux peuples de l'Europe toute entière en second. Au delà d'une indignation académique bien justifiée, on peut penser aux déprédations possibles des nouveaux Lord Elgin, le consul anglais qui fit au début du 19e siècle partir pour Londres les métopes du Parthénon avec l'accord du sultan , il convient de se demander pourquoi le néolibéralisme ambiant se comporte ainsi. Certes vendre une forêt, un château ou un site antique prestigieux à un investisseur peut rapporter gros, mais quid du tombeau du grand patriote crétois Vénizélos ?

Il n'y a pas que des question immédiates d'argent là-dessous. Il y a la volonté de spolier culturellement  un peuple, de l'abrutir, de l'humilier. Et au delà d'humilier tous les autres. En grec culture se dit politismos et citoyen politis. C'est dire tout le rapport qui existe entre la citoyenneté et la culture hellénique, ce mélange d'humanités classiques, de christianisme orthodoxe et de souvenirs ottomans. "Déculturer", si j'ose dire, c'est contribuer à la mort de la citoyenneté, cette rivale politique du capital. C'est aussi porter un coup à l'identité nationale, ce mélange de langue, de peuple, de territoire et d'histoire partagés, un repoussoir pour la mondialisation, vecteur de la seule culture anglo-saxonne.
Pourquoi ? Pour faire du peuple grec, triste premier de cordée des peuples européens, les toutous dociles de la dictature des marchés.

mercredi 7 novembre 2018

Alexis Tsipras, naïveté ou cynisme ?

Pendant que Le Média vit encore, je souhaite partager avec les lecteurs de ce blog l'interview de Stathis Kouvelakis par Aude Lancelin. Au delà de l'enfumage porté par la presse dite mainstream et par le commissaire européen Moscovici, voici un tableau complet de la situation sociale et politique de mon pays d'adoption.


Et découvrez comment et pourquoi Alexis Tsipras est devenu le fidèle exécutant des volontés de la Troïka.
Voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=LY1rTFekveU
A utiliser sans modération !

lundi 9 avril 2018

Fêtes de Pâques dans mon village de Skalados

En Grèce Pâques est la fête la plus importante de l'année. La résurrection du Christ et la renaissance de la nature s'y confondent. Tout est symbole.

Dans le village catholique de Skalados à Tinos on fête Pâques aux mêmes dates que les Orthodoxes qui sont la majorité du peuple grec. En 2018, c'était le 8 avril.
La semaine sainte - Megali Evdomada - commence le dimanche des Rameaux, où l'on célèbre l'entrée de Jésus dans Jérusalem. Le jeudi saint est marqué par une messe solennelle durant laquelle un des villageois prend la parole pour évoquer les angoisses du Christ au mont des Oliviers. Nouvelle messe le vendredi - Megali Paraskevi - où un homme et une femme jouent respectivement les souffrances de Jésus en croix et les déplorations de Marie.
La messe de Pâques débute le samedi à 23h. Les fidèles se réunissent dans l'église silencieuse comme un tombeau. Le prêtre allume le cierge pascal, distribue la lumière aux assistants qui portent de petits cierges et commence la messe dans l'église faiblement éclairée. Il prononce des paroles d'espoir. A minuit Christ ressuscite : le sacristain brandit l'étendard où est figuré Jésus s'élançant hors du sépulcre. Dehors explosent pétards, feux de Bengale et décharges de fusils. Après l'élévation tout le monde communie puis une procession fait le tour du village et chacun va se coucher vers 1 heure du matin.

Le lendemain c'est la fête profane ! Au petit matin les cuisiniers embrochent les agneaux. ils seront cuits à point vers 13h.




Tout le village se rassemble alors dans l'enclos de l'école. L'association de Skalados offre les agneaux mais chacun apporte un plat de sa composition - salades, artichauts, pitas, fromages - et du vin, et du raki ! Le carême - Sarakostis - est terminé et chacun se régale de viande et de vin ! On invite volontiers les étrangers de passage. L'orchestre prend place et bientôt on ne peut plus se parler. Les premiers danseurs s'avancent et c'est parti pour un après-midi de danses, de chants et de musique traditionnelle. Vers 17 h, le vin aidant, les voix déraillent un peu et les anciens plus résistants continuent seuls à chanter en se balançant à droite et à gauche. Mais les jeunes continuent à danser au milieu des assiettes brisées et des détonations des vieux tromblons, les tribonia. La fatigue ne les gagne qu'à la tombée de la nuit !




Kali Anastasi, Kalo Paska ! Christ est ressuscité, Printemps est arrivé !

mardi 6 février 2018

L'île des pigeonniers

Selon la savante étude d'un architecte de Patras, publiée dans les années 1980, Tinos renfermerait un millier de pigeonniers, bien plus que dans les autres Cyclades ! Et quels pigeonniers ! Ces tours massives portant des merlons à leurs angles sont délicatement ornées de rouelles de triangles, de losanges qui forment une dentelle de pierre, attestent de l'habileté des maçons-paysans et de l'attention portée par leurs propriétaires à ces précieux édifices.





Pigeonniers et conquérants latins


En 1204 les Croisés dévoyés de la Terre Sainte par le doge de Venise prirent la capitale byzantine, Constantinople, se répandirent en Grèce et dans l'archipel, créant un éphémère empire latin d'Orient au sein duquel les Vénitiens se réservèrent notamment les Cyclades, essentielles à leur commerce. Tinos fut atteinte en 1207. Les Ghizzi, seigneurs italiens, y transportèrent la religion catholique et le droit féodal occidental. Ce droit fut cristallisé par les Assises de Romanie dans la première moitié du 14ème siècle. En 1390 la république de Venise succéda aux Ghizzi et conserva ce droit qui réservait aux nobles, comme dans l'ancienne France, le droit de posséder un colombier.
La longue durée de la présence latine à Tinos - de 1207 à 1715 - explique le nombre des pigeonniers : on en trouve certes quelques uns à Andros ou à Naxos et ailleurs, mais ces îles passèrent dès 1537 sous la houlette des Ottomans qui abolirent le droit de colombier, ôtant à ces derniers toute signification de domination sociale.

Pigeonniers et féodalité latine


En effet la possession de pigeonniers signifiait noblesse, comme le port de l'épée, d'un blason et surtout le service militaire exclusif à la forteresse d'Exombourgo qui entraînait l'exploitation de seigneuries. Selon le P. Markos Foskolos les nombreux villages de Tinos dont les noms se terminent par -ados (Arnados, Ktikados, Skalados, Venarnados ...) proviennent des anciens fiefs latins : le village de Skalados, dont le nom italien est Cicalado, aurait été dominé par les Cicala, des nobles de Ligurie ou du royaume de Naples.

La reddition de la forteresse en 1715, ouvrant la voie à la courte période de domination ottomane, entraîna, comme dans le reste des Cyclades deux siècles plus tôt, l'abolition du droit de colombier.
Et conséquemment la construction de nombreux pigeonniers puisque désormais toute personne qui en avait les moyens pouvait accéder à ce prestigieux marqueur social .... et en utiliser les richesses.

Pigeonniers et agriculture ancienne


Parallèlement à ce qui vient d'être écrit il faut relever l'importance des pigeonniers dans l'ancienne agriculture.

Tinos connaissait le cercle vicieux commun à de nombreuses régions méditerranéennes : dans une économie autarcique et de subsistance, la culture des céréales était privilégiée, mais du fait de l'absence d'amendement et de la rareté du fumier, les rendements étaient très faibles, ce qui entraînait de longues périodes de jachères, la mise en culture des parcelles les plus ingrates et souvent la disette.
Le 18ème siècle vit la population insulaire s'accroître jusqu'à compter le nombre de 20000 habitants. Le maximum fut atteint en 1809, selon un recensement ottoman. Pour se nourrir et se nourrir mieux les paysans désormais libérés du droit féodal se tournèrent vers un jardinage intensif en utilisant la fiente des pigeons comme engrais dans leurs parcelles situées près des sources et des zones humides. De très nombreux pigeonniers ont été construits au 18ème et dans le premier 19ème siècle dans ce but. D'où leur concentration dans les vallées comme à Tarampados, où l'on a su les mettre en valeur, ou à Agapi. D'où aussi la renommée des produits maraîchers de l'île. Notons enfin que les colombiers étaient une source de protéines, sous la forme de viande et d'oeufs.


Les pigeonniers de Tinos aujourd'hui


L'économie contemporaine de Tinos dont les bases sont le pèlerinage orthodoxe, la construction, la production d'artichauts primeurs et le tourisme estival a retiré aux pigeonniers leur fonction économique. Certes ils restent un des symboles de l'île mais beaucoup sont ruinés ou menacent ruine, trop peu sont entretenus - excepté dans la vallée de Tarampados - et bien qu'ils soient classés par le ministère de la culture hellénique leur restauration n'est pas encouragée financièrement. Il suffit de marcher sur les sentiers de l'île pour constater que cet antique patrimoine est en péril.

Je veux ici saluer le travail de Maya Tsoclis, présidente des Amis du Vert (Filoi tou prasinou) qui s'est donné pour objectif de restaurer le plus de pigeonniers possible et en appeler une nouvelle fois à promouvoir à Tinos un tourisme durable favorisant la découverte du patrimoine paysan. Le dégagement et le balisage du réseau de sentiers, décidé par la municipalité, est un premier pas dans cette voie.








jeudi 1 février 2018

Bons plans pour bien vivre à Tinos

Vous voilà à Tinos ! Vous avez réservé j'espère une belle maison paysanne, vous disposez bon véhicule Vidalis (à Tinos un 4 x 4 n'est pas utile) et le soleil des Cyclades brille. Voici quelques suggestions visant à rendre votre séjour le plus agréable possible. J'ai rédigé récemment un article sur les bonnes adresses de la petite ville de Tinos; voici à présent une série de bons plans concernant l'intérieur de l'île.


bien vivre a Tinos

Déjeuner ou dîner

Les tavernes de Tinos sont généralement excellentes mais ma préférée reste celle de Rokos à Volax dont j'ai fait la cantine de mes stages de distillation d'huiles essentielles. J'aime aussi à Panormos le Limanaki, ses produits de la mer tout frais et son vin blanc sec un peu muscat. Très bons aussi le Sta Phys'Aera d'Aetofolia, cochon de lait au miel... Zacharias à Skalados et le Katoï de Smardakito.

Boire une bière ou un raki

Une bonne ambiance  tiniote règne au Kafenio tis Kyras Lenis à Krokos. Les paysans viennent s'y rafraîchir après le travail et causent politique, comme partout en Grèce. C'est là que j'ai été initié au patois, le Tiniaka par de rudes professeurs ! Très sympa aussi le petit bistrot d'Agapi où l'on est servi par de gentilles vieilles dames.
N'oublions pas Pyrgos et les cafés qui entourent le platane séculaire. Je considère la place de Pyrgos comme l'une des plus belles de Grèce

Produits locaux

Il n'y a pas qu'en ville que l'on trouve des produits locaux ! A Skalados, tout près de la place où l'on peut se garer Concetta vend les légumes de son jardin : rien à voir avec ceux du supermarché. Elle fait aussi des confitures, des fruits confits, des câpres en saumure, du bon vin maison et des tomates sèches.
Sur la route principale, à l'entrée de Komi, Eleni vend d'excellents fruits confits
A l'entrée de Volax Joseph Vidos vend toutes sortes d'herbes cueillies dans la nature. Il parle bien anglais. Mentionnons la fromagerie de San Lorenzo à Kechros qui produit des balakia de vache ou de brebis et du kopanisti, très fort.
Pour les câpres et le miel allez à Potamia chez Jean-Luc, un Français pas bobo du tout installé ici depuis 40 ans. Ses câpres conservées dans l'eau de mer conservent tout leur arôme. Jean-Luc vend aussi du miel et un peu de raki.
Les nonnes du monastère de Kechrovouni vendent aussi leurs confitures.

Vins de l'ile

Si vous avez les moyens achetez du T'oinos blanc et rouge. Ce vin exceptionnel qui est servi dans les restaurants de Ducasse est produit au dessus du village de Falatados. Le chais se trouve entre Falatados et Steni.

A la sortie de Tinos-ville en direction de Porto voici la cave de Vakis (potopolion). On y trouve des vins de toute la Grèce, à découvrir le Nykterinos de Santorin vendu par 5 litres et pas cher du tout.
Tout à côté se trouve la brasserie Nisos qui produit une bonne bière locale.

Gâteaux

La plus grande pâtisserie de Tinos se trouve à Tripotamos, sur la route principale. Son nom est Chalaris (depuis 1926 !). Succulentes amygdalota
A Pyrgos ne manquez pas de déguster un galaktoboureko dans un des cafés qui entourent le vénérable platane oriental.

Plages et baignade

En août les plages auxquelles on peut accéder en voiture sont assez fréquentées : depuis le contrôle des changes instauré en juin 2015 les Grecs sortent moins de leur pays et visitent les Cyclades. Pour être tranquille il ne faut pas hésiter à quitter les sentiers battus. Par exemple la plage d'Apigania, à 20 minutes de marche par un bon sentier, se révélera bien plus agréable que celle surpeuplée d'Agios Romanos. De même à Kolivitra, dépassez les deux premières plages et baignez-vous dans les deux dernières, il n'y a personne ou presque. Tinos regorge de criques tranquilles. Marchez !!!

Sentiers 

Un jour de grand vent partez d'Exombourgo, l'ancienne capitale fortifiée de l'île et descendez jusqu'en ville par le vieux sentier vénitien, très bien conservé. A Exombourgo vous verrez les ruines de la citadelle et celles de la ville archaïque (murs cyclopéens et stylobate de temple), près de Ktikados une vénérable église byzantine, la Kyra Xeni, au dessus de la ville les ruines de son acropole, dont les reste de deux tours du Vème siècle bâties de gros moellons à joints vifs. En ville vous pourrez prendre un taxi pour remonter au point de départ sans transpirer !
Beaucoup de sentiers balisés partent d'Exombourgo. Les sentiers de Tinos font l'objet d'une action publique visant à promouvoir un tourisme durable.

vendredi 26 janvier 2018

Tympans de Tinos au musée byzantin d'Athènes

J'ai rédigé un article en décembre 2013 sur les hyperthyra, ces tympans de marbre sculptés en faible relief qui surmontent les portes et les fenêtres des maisons anciennes de Tinos :
 leblog.maisondeloutra.fr/2013/12/les-hyperthyra.html
Le musée Benaki, mais aussi le musée byzantin de la capitale grecque conservent des hyperthyra. Sylvie a eu l'occasion de visiter cet automne la collection du musée byzantin.





Et surprise, l'une des pièces présentée semble être de la même main qu'un de nos tympans de la maison de Loutra, précisément celui qui décore extérieurement la fenêtre de la cuisine !

En haut à droite, le tympan du musée :


A comparer avec l'image du nôtre, les lichens en prime !



Et pour terminer ce petit post voici le lien des collections du musée byzantin dont l'adresse est 22 Vassilis Sofias, derrière le Parlement grec :

www.ebyzantinemuseum.gr/?i=bxm.el.collections


dimanche 21 janvier 2018

Sources de Tinos

En me baladant entre Kambos et Chatzirados, j'ai découvert en septembre 2017 une jolie source soigneusement captée !


                                               
C'est un abri à flanc de colline, près d'un pigeonnier, construit comme une bergerie, qui contient la tête de source et son aqueduc, sa vasque de marbre, où les hommes se désaltèrent, et deux bassins creusés servant d'abreuvoir aux animaux et de réservoir pour arroser le jardin tout proche.










Du cresson de fontaine et la belle eau limpide !





                                                                                                           

L'eau est le secret de la richesse agricole de Tinos, qui réussissait à nourrir 23000 habitants dans les premières années du XIXème siècle.
La géologie complexe de l'île associe granits, marbres, schistes, argiles. Certaines roches, poreuses ou fracturées laissent entrer l'eau de pluie qui  est ensuite retenue par des couches imperméables. L'eau sourd au flanc des coteaux. Encore faut-il savoir la canaliser, la stocker, l'administrer.

Notre pigeonnier de Papadia est associé à une fontaine alimentée par un aqueduc de 35 m de longueur creusé au pic et à la pointerolle et soigneusement maçonné. Au bout de cet aqueduc, l'eau s'échappe  d'un rocher de marbre. Ce travail parait très ancien, peut-être d'époque byzantine. Le trop plein du bassin était autrefois récupéré en aval dans une citerne, gourni, qui permettait l'arrosage de nombreux jardins.
Dans le village de Tarampados, la fameuse vallée des pigeonniers est connectée à une source abondante qui débouche dans un grand bassin ovale d'où partent les rigoles maçonnées aboutissant aux parcelles familiales. Chacun possédait un droit d'eau qui permettait d'ouvrir la vanne à jours et heures fixés collectivement. En aval encore on trouve la fontaine publique et le lavoir.
A Koumaros, la source et la fontaine se trouvent au bas du village. On remarque encore les modestes rigoles, latérales au sentier, maçonnées de gros galets de quartzite, qui permettaient d'acheminer le trop plein vers les jardins. A Volax on trouve le même type de rigole, mais plus large. Un ponceau de grosses dalles la recouvre lors de son intersection avec le chemin. A Falatados l'association du village amis en valeur l'aqueduc qui distribuait l'eau aux fontaines publiques.
Tous ces travaux, dont il ne reste que des vestiges, témoignent d'une grande intelligence technique et sociale que le visiteur curieux s'efforcera de décoder.

L'eau, c'est la vie dans une île méditerranéenne. C'est sa présence, son abondance ou son absence qui permettent de classer les Cyclades en 3 catégories. Les îles de marins, comme Mykonos, manquent d'eau. C'est donc des métiers de la mer que l'on tire sa subsistance. Les îles paysannes, comme Tinos ou Naxos ont de l'eau en abondance. C'est la terre qui nourrit les hommes. Les îles désertes comme Giaros n'ont pas du tout d'eau.


mercredi 17 janvier 2018

Quelques bonnes adresses dans la ville de Tinos

La ville de Tinos, ou Chora, est toute petite.  Vous connaîtrez rapidement son front de mer, ses ruelles, ses commerces. Avec cet article, je souhaite "mettre le pied à l'étrier" des visiteurs en indiquant les lieux que j'aime et en leur attribuant un petit commentaire, sans oublier de localiser les banques, les ports ou la poste.
Et merci à Google Maps pour le fond de carte et les indications qu'il renferme !


 


Les ports
Il y a 2 ports de voyageurs, le port des ferries qui reçoit les gros bateaux transportant des véhicules, et le port des Seajets (bateaux rapides) qui ne transportent que des voyageurs.

Argent
Toutes les agences bancaires proposent des distributeurs de billets. Vous les repérerez facilement sur le front de mer.

Louer une voiture
Il y a à Tinos de nombreux loueurs; toutefois je conseille Vidalis, entreprise familiale qui associe un garage à la location de voitures; les véhicules sont toujours impeccables.

Les marchés
Les pêcheurs ont organisé un petit marché au poisson tout à côté de leurs caïques. Vous y trouverez d'excellents poissons et parfois des langoustes. Mais c'est assez cher tout de même.
Près du port des ferries et de la station de bus on trouve le marché paysan, ou "laïki", ce qui signifie populaire. Excellents produits de l'île, légumes, câpres, miel, vin maison, etc.

Tavernes et bistrots
Ma taverne préférée, à Chora, est la Malamatenia, du nom de l'église orthodoxe voisine ("Panagia Malamatenia", Vierge au ruban d'or). Patron qui parle un peu français et excellente cuisine, goûter au "kleftiko", agneau cuit en papillote avec du fromage local, aux calamars grillés, pas caoutchouteux du tout !
Pour prendre un café frappé ou un verre je conseille l'Apenanti, qui se situe tout près du centre culturel. Sa terrasse est très agréable le matin et jouit d'une vue magnifique sur le port, mais attention au vent du nord, tout s'envole ! J'aimais bien autrefois le Polymerio. mais en 2019 il est devenu le Cardoon...Ambiance globalisée garantie.

Pour les gourmand(e)s
Allez donc déguster des baklavas à la pâtisserie-café Meskliès, en face du port des seajets, et laissez vous tenter par un délice bien grec : un verre de raki, un d'eau, un café bien fort, des oranges confites et un gros kataïf !

Courses alimentaires
Il y a 3 supermarchés à Chora, deux Sklavenitis, dont un sur le port et un SYNKA. Une excellente boucherie, Farma, de bons boulangers, partout.

Points d'intérêt
Comme je l'écrivais dans un autre article les ruelles qui se trouvent derrière le front de mer sont aussi typiques que celles de Mykonos, l'authenticité en plus. Dans la rue Evangelistria se trouve la très belle boutique d'icônes de Christos, un marchand d'encens et plein de commerces de bondieuseries;
Ne manquez pas d'aller voir le pélican Markos qui s'amuse à arrêter la circulation en étendant ses ailes au milieu de la route.
Une visite à la Panagia Evangelistria s'impose : on vient à Tinos de toute la Grèce pour son icône miraculeuse.

Bobos
Il faut hélas y penser... Il y a à Tinos un centre de santé où l'on est bien soigné, mais pas de bloc; en cas d'urgence absolue, c'est l'hélicoptère pour Athènes (l'hélicodrome est tout près de la ville) ou la vedette rapide des garde-côtes pour l'hôpital de Syros.

Bon séjour dans notre île !



lundi 15 janvier 2018

La Rotonde de Thessalonique

Un jour à Thessalonique n'est pas suffisant pour visiter la ville et découvrir son patrimoine. Il faudra revenir, mais au moins nous aurons vu le musée archéologique qui conserve le précieux cratère de Derveni, la Tour blanche, puissant vestige de l'époque ottomane, devenu musée d'histoire urbaine, quelques églises byzantines, le front de mer et la Rotonde de Galère.

C'est ce dernier monument qui m'a le plus impressionné. Thessalonique a été fondée en 391 av. J.-C. par les rois macédoniens; après la bataille de Pydna et la conquête romaine, elle devient un puissant emporium bien situé au carrefour des routes venant de Pannonie, de Mésie et d'Italie par la via Egnatia. Saint Paul y prêche. Aux temps de la Tétrarchie, l'empereur d'Orient Galerius (250 - 311) choisit cette ville pour y construire son mausolée.
Cet empereur persécuteur des Chrétiens va voir son tombeau monumental transformé en église sous le règne de son successeur, Constantin le Grand, qui par l'Edit de Milan en 313 légalise le christianisme avant de se convertir lui-même à cette religion sur son lit de mort.
La Rotonde, convertie en mosquée lors de la conquête ottomane au 14e siècle, a conservé tout autour de sa coupole une somptueuse décoration de mosaïques présentant des saints et des martyrs au milieu d'une somptueuse et savante architecture héritée de l'art hellénistique.









lundi 8 janvier 2018

Chapelles de Tinos

En parcourant les sentiers de Tinos, notamment dans le centre et le sud de l'île, on rencontre de très nombreuses chapelles familiales, bâties pour remercier le seigneur des dons de la terre. Ces chapelles sont généralement ouvertes pour peu qu'elles soient éloignées de la route; on redoute le vol d'icônes mais on encourage le marcheur respectueux ou le berger à brûler un petit cierge !

Le plus souvent ce sont des édifices très modestes, construits comme les étables avec lesquelles elles voisinent : les murs s'évasent à leur sommet pour recevoir une couverture de plaques et un petit clocher bleu. Souvent le choeur est en cul-de-four. Intérieurement et extérieurement ces chapelles sont crépies et peintes en blanc. On leur associe une cuisine et un réfectoire : au jour de la fête patronale, après la messe, la famille régale les fidèles... et le prêtre. Quelquefois elles servent d'ossuaire.













Les plus grandes comprennent 2 nefs séparées par une arcade reposant sur une colonne à chapiteau byzantin. J'y vois, en lisant le Voyage de Pitton de Tournefort (voir dans ce blog l'article Un voyageur français séjourne à Tinos en 1701, année 2016), une conséquence de l'obligation imposée par les Vénitiens catholiques aux Tiniotes orthodoxes de réserver un autel au rite romain dans leurs églises.

















Il faut pénétrer dans les chapelles pour différencier les rites :
- les chapelles orthodoxes présentent toujours un iconostase, le plus souvent en bois modestement sculpté, qui sépare le pope des fidèles pendant l'élévation et leurs murs sont décorés d'icônes. Les plus anciennes présentent des points communs avec les ex-voto populaires de l'Italie du sud; le choeur est souvent décoré d'un tableau peint sur tôle représentant la Reine des cieux (Platytera ton ouranon);


























- les catholiques sont plus simples, l'autel n'est pas séparé de la nef, parfois on note un retable rustique d'inspiration baroque.


Quelquefois on a le bonheur de découvrir des fresques. La plupart sont d'inspiration byzantine, même dans les chapelles catholiques : on peut supposer que le rite latin s'est lentement imposé aux paysans orthodoxes au cours des 5 siècles de la domination vénitienne sur l'île. Sont fréquemment représentés saint Georges terrassant le dragon, Constantin et Hélène entourant la vraie croix retrouvée, les Taxiarques.




Il y a moins de chapelles dans la région de Pyrgos, l'Exomeria, région exclusivement orthodoxe mais plus pauvre que le reste de Tinos.



jeudi 4 janvier 2018

Ruches traditionnelles de Grèce

La poterie traditionnelle de Tinos est riche et diverse : on réalisait en céramique de nombreux objets de la vie domestique ou destinés aux travaux des champs : récipients, vaisselle, jarres pour conserver les céréales ou l'huile, ruches. On conserve même au musée de Xinara un alambic en céramique !
Certains de ces objets sont restés inchangés depuis l'Antiquité, nous venons d'en avoir la preuve en visitant le musée archéologique de Thessalonique.


Les ruches de Tinos sont des cylindres de terre cuite tournés ou mieux des troncs de cône dont le diamètre diminue en se rapprochant du fond. Ces ruches sont placées horizontalement dans des loges pratiquées dans les murs de pierre qui soutiennent les terrasses. Elles sont fermées par des sortes d'assiettes percées de trous pour le passage des abeilles; à l'intérieur se trouve un cadre en forme de croix.


ruche de Tinos



patrimoine Tinos




Le musée archéologique de Thessalonique conserve une ruche de terre cuite datant du 3e ou du 2e siècle avant J.-C., originaire de Néa Apollonia en Macédoine très semblable dans sa forme à ses soeurs de Tinos :



ruche antique


patrimoine Tinos


Je pense toutefois que cette ruche antique est un peu moins profonde que celles de l'île et que son ouverture est plus large, mais comment n'être pas impressionné par la permanence de la forme tronconique qui a traversé et l'espace et les siècles ?

lundi 1 janvier 2018

Escapade balkanique

Aller de Tinos en France via la Bulgarie, la république de Macédoine, la Serbie et la Croatie ne va pas de soi mais permet la découverte de nouveaux pans du patrimoine des Balkans. C'est dans cet état d'esprit qu'Antonin, Sylvie et moi avons pris la route, dans notre vieux Scudo fidèle à la fin d'octobre 2017.

Je reviendrai dans un autre article sur notre séjour à Thessalonique.
Donc départ de la Macédoine grecque vers l'ouest de la Bulgarie. Première étape, le monastère de Rojen, tout près de la frontière.



Fondé au haut Moyen-Age, Rojen a été reconstruit au 16e siècle et dépendait du mont Athos. Belle fresque extérieure figurant l'échelle de Jacob, atmosphère enfumée des vieux sanctuaires orthodoxes et odeurs de chais ! Nous sommes dans la région de Melnik, qui produit des vins renommés.




Nous ne manquons pas de déguster ce vin rouge puissant dans une des tavernes du village, sous un grand sycomore. A Melnik on découvre de très belles maisons balkaniques à base de pierre et à pans de bois en encorbellement.

Départ pour le monastère de Rila. Fondé par l'ermite Ivan au 10e siècle, ce grand monastère date dans sa forme actuelle de 1820, si l'on excepte le donjon médiéval conservé. Comme en Russie ou en Serbie, il est entouré de remparts. Haut lieu de la résistance bulgare aux Ottomans dans les années 1870 il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO et conserve des collections d'icônes et de manuscrits.



Le tsar Kaloyan et la reine Desislava, mur nord de l'église



Nous passons la soirée dans un petit hôtel tout près du monastère et partons pour Sofia, où nous visitons la petite église de la Bojana, construite au 11e dans le plus pur style byzantin et dont les fresques aux visages expressifs sont considérées comme la première manifestation de la Renaissance en Europe. Ces fresques datent de 1259, 30 ans avant l'oeuvre de Giotto.















Nous quittons Sofia pour visiter le monastère Tcherepinski, dans une vallée du grand Balkan. Charme, rusticité, authenticité.


Près de là, un camion soviétique de marque ZIL !!

Nous reprenons la route vers Sofia puis Kiustendjil, à la frontière macédonienne.

Malheureusement Il est trop tard pour visiter le monastère de Zemen.  One peut qu'admirer l'extérieur de cette église toute simple du 11e qui renferme elle-aussi de précieuses fresques.

Nuit à Kiustendjil, et encore du bon vin !


Nous passons en république de Macédoine le lendemain. Une belle surprise nous attend entre Kriva Palanka et Kumanovo : l'église st Georges de Staro Nagoritchane. Belle architecture et fresques byzantines de qualité dans ce modeste village.









Nous partons vers Skopjé en traversant les villages musulmans qui se trouvent au nord de cette ville. Partout des drapeaux albanais et des blindés de l'armée macédonienne. La minorité musulmane de la Macédoine est travaillée par la propagande albanaise et kosovare, par l'argent des pays du Golfe aussi ! Belles maisons et Mercedes. Quel contraste avec la pauvreté manifeste des villages slaves !

Après des achats de tapis au bazar de Skopjé, nous allons admirer l'église de St Pantéleimon, aux portes de la ville. Cette église est célèbre pour ses fresques byzantines qui préfigurent par leur réalisme l'art des primitifs italiens et de Giotto.


Eglise St Pantéleimon - un apôtre



















Nous passons la nuit à Kumanovo, départ pour la Serbie le lendemain afin de visiter les monastères de Kalenic et et Manasija, à peu près au centre du pays.
Pour atteindre Kalenic, il faut entrer dans la Serbie profonde. On peut admirer en route de belles maisons paysannes traditionnelles, hélas souvent à l'abandon...




Les deux monastères sont du 15e siècle, période dite du Despotat qui voit le royaume serbe se diviser en principautés après la défaire de Kosovo Poljé. Malheureusement, il est interdit de photographier à Kalenic et la soeur tourière veille !!! Belle architecture byzantine tardive, raffinée.. Mais voici le monastère forteresse de Manasija. Donjon, tours de défense, impressionnant !




Nous passons la nuit à Smederevo, au bord du Danube. Ici aussi un vin blanc excellent, le Semederevka et partons le lendemain en direction de la Croatie. Avant Zagreb nous prenons la route vers Rijeka et l'Istrie, en passant par la Krajina, région de Croatie frontalière avec la Bosnie, mais  peuplée de Serbes avant la guerre de 1995. De belles maisons de bois, mais parfois criblées de balles et d'éclats d'obus...

ferme près de Karlovac

Nous trouvons que l'Istrie est un peu trop touristique pour nous...Mais nous admirons la basilique euphrasienne de Porec, ses mosaïques du 6e siècle et ses chapiteaux.







Trieste est désormais toute proche ! Nous dormirons près de Padoue et le lendemain ce sera le retour en France.
L'année prochaine un détour par la Roumanie peut-être.









Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...