Affichage des articles dont le libellé est migrants. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est migrants. Afficher tous les articles

vendredi 26 février 2016

l'Europe de la honte

Ce que l'on diagnostiquait il y a quelques semaines, à savoir le blocage des réfugiés/migrants venus de Turquie en Grèce est en train de se réaliser sous nos yeux : bouclage de la Macédoine, entraînant celui de la Serbie, de la Croatie et fermeture de la frontière autrichienne. Vienne prétend ainsi envoyer un "signal fort" aux migrants, de nature "à en réduire le flux".
Donc à les enfermer en Grèce sans le dire évidemment.
Les instances européennes sont déboussolées, la France absente.

Mais qu'attendent des Grecs les Européens du nord bourgeoisement installés dans leur égoïsme ? Qu'ils coulent les embarcations de fortune ? Qu'ils organisent des camps dans le Dodécanèse et en Macédoine ?
On attend qu'ils se débrouillent, qu'ils gardent leurs pauvres parmi les pauvres (on refuse parallèlement au gouvernement Tsipras l'institution d'une retraite plancher de ...384 EUR, moins que le RSA français). Et on ne fait rien pour aider le malheureux pays, attendant tout d'une Turquie dont les intérêts ne sont pas clairs, en Syrie comme dans les Balkans.
On pressent une crise humanitaire. Mais il faudrait agir pour la juguler et cesser de s'enfermer comme de tergiverser.

On est en droit de redouter un rebond de la crise économique en Grèce. Comme l'indique le gouverneur de la banque nationale, Ioannis Stournaras, la crise migratoire et la débâcle de la cohésion européenne inquiètent les investisseurs. Le tourisme, seconde activité de la Grèce, pourrait se trouver lourdement pénalisé.

L'Autriche et ses séides, c'est l'Europe de la honte.

mercredi 3 février 2016

La chancelière, la Grèce et les réfugiés

Un article du journal grec Kathimerini fait état d'un "deal" possible entre la chancelière et le premier ministre grec : en substance si les Grecs conservent les réfugiés et les migrants sur leur sol, le gouvernement allemand se montrera compréhensif dans les négociations sur la dette. Tout cela dans le contexte d'une possible exclusion de la Grèce de l'espace Schengen et de la fermeture des frontières bulgare, macédonienne et albanaise.

La chancelière est affaiblie politiquement par les évènements de la nuit du nouvel an à Cologne et Hambourg. Machine arrière toute : l'Allemagne, si généreuse à l'automne 2015 ne veut plus désormais de ces migrants et réfugiés réputés inassimilables et rapproche sa position de celle des pays d'Europe centrale. Mais que faire de tous ces pauvres ? La solution est simple : les parquer en Grèce isolée et sans ressources.




Je suis écoeuré : d'abord migrants économiques et réfugiés sont des êtres humains dont on bafoue les droits (les fameux droits de l'homme, une des bases de la construction européenne !) en les traitant comme des ballots de marchandises, à parquer, à stocker dans un pays dont on sait qu'il n'a pas les moyens de les recevoir et ne peut que les laisser pourrir dans des camps de fortune.
Ensuite voir le gouvernement allemand, ce modèle de vertu européenne, sous la pression de sa population redevenue nationaliste tourner sa veste en quelques semaines et modérer sa posture de gendarme économique envers la Grèce bafouée est révoltant de cynisme. C'est le discours du riche au pauvre, du seigneur au manant. Les égoïsmes nationaux reprennent tous leurs droits, et dans ce cas précis Machiavel triomphe.













Rajoutons que c'est du pilotage à l'audimat, de la politique TF1. De l'affolement dû à l'impréparation de l'Europe face au phénomène migratoire et à l'inaction face à la guerre civile syrienne. Pouah !

jeudi 28 janvier 2016

Stigmatiser la Grèce...

...Et son gouvernement si irritant ! Voilà l'aboutissement de la crise des migrants, dont un million serait passé dans l'UE via la Grèce en 2015. D'après le commissaire européen Valdis Dombrovskis, la Grèce a sérieusement négligé ses obligations, il y a de graves déficiences aux frontières extérieures qui doivent être surmontées. 
Et de critiquer le mauvais enregistrement des réfugiés, en oubliant les nombreux sauvetages effectués par les gardes-côtes (Limeniko soma) et les pêcheurs de Mytilène !



Ces propos, basés sur une évaluation de Frontex datée de novembre 2015 ouvrent la voie à une sorte de mise en quarantaine de la Grèce, qui pourrait se trouver placée temporairement hors de l'espace Schengen, avec à la clé des tracasseries aux frontières bien désagréable, et un impact sur l'activité touristique, une des richesses du pays qui représente le cinquième de son PIB ! Pire, si les arrivées de migrants se poursuivent massivement, ils resteront bloqués en Grèce sans issue aucune, l'Albanie et la Macédoine pouvant fermer militairement leurs frontières. La chose est déjà faite en Bulgarie.

Tout est de la faute des Grecs, évidemment, mal organisés, feignants, de gauche, à punir. Il faut retirer des yeux de  M. Dombrovskis les peaux de saucisson qui les obstruent et lui fournir des éléments lui permettant d'affiner son analyse.
Depuis 2010, chacun le sait, la Grèce subit l'austérité imposée par les diktats d'une troïka inhumaine et rapace, véritable Léviathan du peuple grec. L'austérité a entraîné une baisse drastique de la dépense publique et la désorganisation d'un Etat déjà faible. La géographie du pays est ce qu'elle est : il y a en Grèce des milliers de km de côtes et des îles comme Mytilène, Chios, Samos, Léros, Kos situées à peu de distance de la Turquie. L'ignoble guerre de Syrie enfin, à laquelle nul n'est foutu de mettre un terme a fait le reste lançant sur la mer des milliers de réfugiés désemparés.

Mais voilà une nouvelle occasion pour le gouvernement allemand, ses satellites d'Europe centrale et ses séides de la commission européenne de stigmatiser la Grèce, cette supposée passoire à pauvres !

Que l'on aide la Grèce, massivement, à résoudre le problème dans la dignité et l'humanité, et qu'on cesse de la dénigrer. Je gage que si les amis de la Chancelière étaient au pouvoir à Athènes une réaction plus solidaire aurait prévalu.
Au fait, bizarre, lorsque nous traversons la frontière gréco-macédonienne, nous sommes toujours contrôlés sérieusement, avec interrogation de bases de données. Bizarre vous dis-je.





Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...