Affichage des articles dont le libellé est Macédoine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Macédoine. Afficher tous les articles

dimanche 20 janvier 2019

L'imbroglio macédonien

Depuis l'hiver 2018 la question macédonienne enflamme à nouveau l'opinion grecque et nous, Français ne comprenons pas grand chose à cet imbroglio issu des siècles passés, ravivé par le nationalisme de l'Etat grec aux 19 e et 20 e siècles et désormais compliqué par le jeu fourré des USA dans les Balkans.




La querelle actuelle remonte à la décomposition de la Yougoslavie et à la proclamation en 1991 à Skopjé d'une république indépendante de Macédoine prenant pour symbole national le soleil de Vergina, l'emblème d'Alexandre le Grand. En Grèce la réaction est violente : embargos, campagne pour empêcher la reconnaissance internationale du nouvel Etat, manifestations de masse. Au delà de la querelle sur le nom et les symboles - Alexandre le Grand appartient évidemment au patrimoine hellénique - les Grecs redoutent de voir Skopjé revendiquer des territoires en Macédoine égéenne, acquis lors des guerres balkaniques et partiellement peuplés de Slaves macédoniens.

Mais le conflit a des racines profondes. Comme la Grèce, la Bulgarie ou la Serbie, l'actuelle république de Macédoine est un territoire post-ottoman issu du partage de la province de Thessalonique où se côtoyaient tant bien que mal chrétiens orthodoxes et musulmans, Slaves, Albanais, Grecs, Valaques et Juifs, minorités installées souvent par la volonté des sultans. En 1912 - 1913 les armées bulgare, serbe et hellénique ont arraché ce territoire plongé dans la guerre civile (guerre des Komitadjis) à l'Empire ottoman puis l'ont partagé dans la douleur, Serbes et Grecs en recevant la meilleure part, la Macédoine égéenne et Thessalonique pour les Grecs, celle du Vardar avec la route reliant l'Egée à l'Europe centrale pour les Serbes et celle du Pirin, stérile et montagneuse pour les Bulgares. Ce partage, effectué dans le contexte d'Etats-nations de type moderne ("westphalien" pour Georges Prévélakis) a entraîné des politiques d'assimilation, de déplacement, d'appropriation culturelles et même de purification ethnique appliquées aux minorités linguistiques et religieuses par les Etats-nations. En Grèce, la langue slave a été proscrite, les patronymes hellénisés; les Macédoniens sont devenus des Serbes du sud pour Belgrade, les Albanais ont été traités en sujets de seconde zone par tous et les musulmans souvent chassés vers la Turquie. Durant la seconde guerre mondiale les Bulgares et les Albanais, alliés de l'Axe ont pris une cruelle revanche. Enfin, durant la guerre civile grecque et dans le contexte de la guerre froide, Tito et Dimitrov lancèrent l'idée d'une fédération balkanique regroupant les trois Macédoines, au grand scandale des Grecs...
Tout cela a laissé des traces dans la conscience douloureuse des peuples. Il est impossible de considérer les guerres de Yougoslavie de 1990 - 95 sans se référer à l'histoire : les cadavres dans le placard abondent ! Ces peuples voisins ne s'aiment pas. Ou au minimum nourrissent les uns envers les autres une lourde méfiance.

La géopolitique actuelle vient ajouter une couche de complexité qui fait peu de cas de l'histoire profonde.
La guerre de Syrie nous fait vivre un retournement des alliances dont les conséquences se font sentir dans les Balkans tout entiers : la Turquie d'Erdogan, membre de l'OTAN, se rapproche de la Russie dans un contexte d'avancée de l'influence occidentale en Ukraine, en Albanie, au Kosovo et en république de Macédoine. La quasi-défection des Turcs comme gardiens des détroits et comme opposants naturels à l'accès de la puissance russe en Méditerranée renforce de fait le rôle stratégique de la Grèce.
Alors que Russes et Grecs partagent une relation ancienne et de nombreuses valeurs, Alexis Tsipras choisit clairement son camp, celui de l'Occident :
- dans l'hiver 2018 il annonce son intention de normaliser les relations de la Grèce avec Skopjé, où les élections de décembre 2016 viennent de porter au pouvoir un pro-occidental, Zoran Zaev; Tsipras indique que son pays ne s'opposera plus à l'entrée de la Macédoine dans l'OTAN et dans l'Union européenne; des manifestations monstres sont organisées à Thessalonique et Athènes;
- en juin 2018 un accord est trouvé entre Tsipras et Zaev : La Skopia, comme disent les Grecs va s'appeller Macédoine du Nord;
- en juillet 2018 : sous prétexte d'ingérence, des diplomates russes sont expulsés de Grèce. Il s'agit clairement d'isoler la Russie dans les Balkans où elle ne peut plus compter que sur la Serbie;
- en janvier 2019 Tsipras fait approuver de justesse par le parlement les nouvelles relations qui unissent Grèce et Macédoine du Nord, au prix de la démission du ministre Kammenos.

Si l'on suit les idées de Georges Prévélakis qui voit dans la position géostratégique de son pays une source de rente étrangère, européenne et américaine, on peut penser qu'une nouvelle vague de népotisme et de corruption va nourrir les "élites" grecques. Je renvoie à la fiche de lecture de Qui sont les Grecs ?
On peut aussi s'étonner de la plasticité du Premier ministre Tsipras, soi disant de gauche radicale qui devient la marionnette de Trump et de Juncker, contre le sentiment de son peuple. Je ne prétends pas qu'il faille soutenir en tous points le nationalisme grec, je ne crois pas à une revendication de territoires par la Macédoine du Nord, mais je m'étonne de voir évoluer ainsi un dirigeant qui pouvait incarner un contre pouvoir en Europe orientale et préparer efficacement l'instauration de rapports meilleurs entre l'Europe et la Russie.


lundi 23 janvier 2017

Retour balkanique

Les pays balkaniques nous fascinent; ils sont géographiquement proches de nous et éloignés de nos standards ! Depuis la Grèce, on ressent un vrai dépaysement une fois passée la frontière macédonienne à Guevgelija. Un autre milieu : population slave et albanaise, alphabet cyrillique, influence ottomane persistante, un pays de monastères orthodoxes, de panneaux indéchiffrables, de paysans en tracteur. On adore !

Expatrié en Grèce
En octobre 2016 Sylvie et moi sommes rentrés de Tinos en France par la Macédoine, la Serbie du sud et le Monténégro, à la recherche de Byzance !

Véhicule courant en Macédoine, région de Stip

D'abord le site antique et paléochrétien de Stobi, dans la vallée du Vardar, sur la voie romaine qui unissait Naissus (Nis) à Thessalonique. Mosaïques superbes, notamment celle du baptistère. Nous sommes dans les traces de Constantin le Grand !



Nuit à l'hôtel à Kumanovo et visite du monastère saint Gabriel de Lesnovo, fondation des premiers rois serbes. Monastère fortifié, un rempart protège l'église et les bâtiments monastiques. Fresques byzantines du 14e, dont l'une représente le tsar Dusan, montagnes sauvages, maisons traditionnelles slaves.







Il y a beaucoup à découvrir en Macédoine : voici un excellent guide-fil : https://visiter-macedoine.fr/

Nous passons en Serbie pour visiter le monastère de Miliseva au sud-ouest du pays, près du Monténégro. Nuit à Nova Varos.


 Miliseva est célèbre pour la fresque de l'ange du sourire qui accueille les saintes femmes venues faire la toilette mortuaire du Christ. Lui sait qu'il est ressuscité ! L'église renferme la châsse de saint Sava, le premier patriarche de Serbie.


Nous passons au Monténégro. Sur la route de Podgoriça voici le petit monastère de Moraça.


Traversée du haut plateau calcaire (des sauges partout !); un spectacle magnifique nous attend : les Bouches de Cattaro sont à nos pieds. Ici l'Adriatique a pénétré dans les profondes vallées montagnardes en créant un fjord méditerranéen. Cattaro est la meilleure rade des Balkans.

Le fjord de Cattaro




Nous ne quitterons plus désormais la côte adriatique où l'influence de Venise est très sensible, comme dans la ville de Kotor ou dans celle de Perast. Nuit à Herceg-Novi et route en direction de Dubrovnik, eu sud de la Croatie.



Perast

Dubrovnik est le nom slave de l'ancienne Raguse,
république maritime rivale de Venise et vassale des sultans ottomans. La ville ancienne est intacte, mais on y retrouve le tourisme de masse et les insupportables amateurs de la perche à selfie...


Au reste comme à Split où le palais de Dioclétien semble être sous occupation asiatique !

Palais de Dioclétien













Une nuit dans la belle ville de Trogir, Venise, Venise !!!


Mais la France et l'hiver nous attendent...Une nuit de rêve à l'agriturismo Corte di Trembaccia, près de Padoue. La vie de château, éphémère !












Puis le vieux Scudo fidèle pour la route restante !



samedi 16 janvier 2016

Monastères de Macédoine et de Serbie

Aller de Grèce en France en voiture par l'excellente autoroute des Balkans en traversant la Macédoine (FYROM) et la Serbie permet la découverte de richesses touristiques mal connues : villages traditionnels, bazars d'époque ottomane, villes où voisinent églises et mosquées turques avec leur haut minaret à toit pointu, forteresses, monastères orthodoxes médiévaux.

On rencontre peu de visiteurs étrangers. Malgré des paysages superbes et l'abondance des centres d'intérêt les pays balkaniques sont hors des circuits du tourisme international.

L'histoire récente de l'ex-Yougoslavie nous a parfois interpellés. Mitrovica, Sarajevo, Osijek évoquent les horreurs des années 1990 et les tensions nationales et religieuses ne sont pas toutes apaisées : il est très difficile de pénétrer au Kosovo et au printemps 2015 des miliciens albanais ont tenté un coup de force sur la ville de Kumanovo qui s'est soldé par 22 victimes... Mais nous n'avons rencontré que des gens accueillants.

Ceci étant écrit nous avons décidé de visiter Ohrid en Macédoine et les monastères de la Raska et de la vallée de l'Ibar en Serbie du sud. C'est là que se trouvent les vestiges des royaumes médiévaux de Bulgarie et de Serbie. Ces Etats se sont dégagés de la tutelle de Byzance du 10e au 12e siècle puis ont été détruits par les Ottomans entre le 14e et le 15e siècle. La célèbre bataille de Kosovo, qui voit tomber le roi serbe Lazar et le sultan Mourad date de 1389.

Première étape Ohrid, ville magnifiquement située au bord du lac Prespa du nord et dominée par la forteresse du tsar bulgare Samuel.
C'est d'Ohrid, toute proche de la Grèce, que les moines Cyrille et Méthode sont partis évangéliser les peuples slaves. D'où l'alphabet cyrillique. La ville est à l'origine du patriarcat bulgare. Son premier titulaire est saint Clément.
La ville et ses environs renferment deux sites majeurs, la monastère se Saint-Naum et l'église Saint-Jean de Kaneo, de petites églises byzantines, un musée d'icônes et un musée ethnographique installé dans une vieille demeure patricienne, la maison Robev. Les maisons de pierre et de bois sont semblables à celles de la Grèce du nord. Moins de décoration peinte toutefois.


la maison Robev
Coffres traditionnels dans la maison Robev


Saint-Naum

Ville et lac d'Ohrid
Saint-Jean de Kaneo


































Il est facile de loger à Ohrid à la fin d'octobre du moins !

Départ pour la Serbie après une brève visite de la mosquée peinte de Tetovo et une nuit à Kumanovo. Je recommande l'hôtel Satellit et le restaurant Baba Caga, gastronomique. En Serbie nous nous installons près de Kraljevo à au centre de la région des monastères. Le lendemain visite de Zica, premier siège de l'église autocéphale de Serbie (1208). Les souverains serbes y étaient couronnés.

Monastère de Zica



Fresque à Zica

Fresques admirables ! C'est Byzance !

Nous gagnons ensuite le monastère fortifié de Studenica, construit à la fin du 12e par le premier roi serbe, Stefan Nemanja. Les deux églises sont entourées par une puissante enceinte garnie de tours. On retrouvera cette disposition ailleurs.

Monastère fortifié de Studenica

Le roi fondateur Stefan Nemanja 
Le lustre de Studenica évoque les couronnes votives  germaniques


Aprés Studenica, arrêt au monastère rustique de Stara Pavlica, Fresques de qualité, architecture et sculpture à l'avenant et le charme d'une église rurale, couverte de tapis locaux, sentant l'encens. On adore !
















Stara Pavlica

Route vers Novi Pazar - une ville proche du Kosovo à forte minorité musulmane - et c'est le dernier monastère de la journée, Sopocani. Fondé en 1260, fortifié comme Studenica, on y découvre une admirable fresque représentant la Dormition de la Vierge. Hélas plus assez de lumière pour la photographier.


Sopocani



Le lendemain il nous faut prendre la route vers Belgrade et Trieste. On ne peut s'arrêter qu'à Ravanica, dans la vallée de la Morava. Ce monastère du 14e siècle, époque dite du Despotat, lorsque le roi serbe était vassal du sultan, présente une architecture très raffinée et de merveilleuses fresques. Il est puissamment fortifié et abrite la tombe du roi Lazar, mort lors de la bataille de Kosovo.




Ravanica


Les monastères de Lesnovo en Macédoine et de Miliseva tout près du Monténégro seront mis au programme d'un autre voyage balkanique !


Si vous souhaitez approfondir, visitez le site de l'office du tourisme de Serbie: http://www.serbie.travel/culture-fr/monasteres/



Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...