Affichage des articles dont le libellé est empire ottoman. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est empire ottoman. Afficher tous les articles

jeudi 28 janvier 2021

Archipelagus turbatus par B. J. Slot - Fiche de lecture

 J'ai découvert et lu cette thèse d'histoire soutenue devant l'Université de Leyde en 1982 avec le plus grand intérêt. Voici son titre exact : Archipelagus turbatus - Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane ca. 1500 - 1718. Elle est publiée par l'Institut historique et archéologique néerlandais d'Istanbul.

En voici le résumé sous la forme d'une fiche de lecture. Il va de soi que j'ai privilégié dans ce texte les analyses et les informations concernant mon île préférée, Tinos qui présente la particularité d'être restée vénitienne presque deux siècles de plus que ses voisines, mais a respiré tous les vents des Cyclades.

Bonne lecture !



La Francocratie

Les Latins  s'installent dans l'archipel en 1206 lorsque Marco Sanudo fonde le duché de Naxos qui comprend la plupart des Cyclades à l'exception de Tinos, prise par les frères Ghisi, vénitiens aussi. Le duc de Naxos et le seigneur de Tinos sont pairs de l'éphémère empire latin de Constantinople. Ces seigneurs insulaires créent un appareil militaire de type féodal : leurs vassaux reçoivent des terres et des villages en fief et doivent le service armé à leur suzerain. Ces pratiques sont codifiées par les Assises de Romanie, au début du quatorzième siècle. 

L'importation de la féodalité occidentale s'arrête là : entre les petits seigneurs locaux et leurs paysans, c'est l'ancien système byzantin qui s'applique, le nomos georgikos, ou loi agraire qui détermine des modes d'exploitation, métayage à 30 ou 50 pour cent des fruits ou faire valoir direct avec corvées ou salariat. A côté des détenteurs de fiefs et souvent confondus avec eux  on note la présence de citoyens latins,  les cittadini, qui tendent à former un corps politique comparable à celui des villes italiennes. C'est le cas à Tinos, dans la petite ville forteresse d'Exombourgo.

Citoyens et titulaires de fiefs dominent l'università, assemblée des habitants, qui élit des procuratori habilités à discuter avec le seigneur de l'île. Les deux groupes privilégiés sont à la fois les obligés du seigneur et les membres d'un conseil communal qui nomme aux emplois publics communaux, tandis que le seigneur dispose de ses propres fonctionnaires, civils et militaires, aux compétences régaliennes. Les paysans ou contadini sont représentés à l'università par leurs assemblées villageoises, de tradition byzantine, les kinotites. C'est dans ce cadre que sont répartis corvées et impôts publics, souvent perçus en nature, du moins en ce qui concerne la soie à Tinos.

La conquête latine introduit dans les Cyclades la religion catholique qui est privilégiée par rapport à l'orthodoxie autochtone : c'est l'évêque latin qui nomme le protopapas grec.

En 1390 le dernier desGhisi meurt sans descendance. La République de Venise lui succède dans ses prérogatives et nomme le premier rector de l'île. La Sérénissime devient le seigneur de Tinos jusqu'en 1715. 


Les Cyclades ottomanes

A compter du quatorzième siècle les Turcs ottomans progressent dans les Balkans et en Grèce. Ils prennent Constantinople en 1453, détruisant ainsi un empire byzantin qui n'était plus que l'ombre de lui-même. De grands sultans, conquérants et administrateurs se succèdent. C'est sous le règne de Soliman le Magnifique, après la prise de Rhodes en 1522, que la flotte turque commandée par Hayreddin Barberousse s'empare en 1537 - 1538 des îles mettant fin nominalement à la Francocratie.


Hayreddin Barbarossa

Tinos après quelques tergiversations resta vénitienne mais perdit ses droits sur Mykonos. En 1540 le duché de Naxos était devenu une principauté tributaire ottomane. Quelques îles - Amorgos, Anaphi, Sériphos - furent administrées directement par les Ottomans.

On notera que les Turcs n'abolissent pas l'édifice féodal mais se contentent d'un tribut et de la soumission des seigneurs qu'ils finiront même par nommer avec le duc Joseph Naci ! Cette situation va durer jusqu'en 1580 : les îles passent alors sous l'administration ottomane, sont soumises aux impôts turcs, dont le produit sert à financer la flotte de guerre et connaissent les fonctionnaires turcs, beys et cadis. Ces derniers favorisent l'église grecque, soumise au patriarche de Constantinople, lui-même haut fonctionnaire ottoman et chef du millet (nation religieuse) orthodoxe. A Naxos le cadre féodal s'effondre tandis que les kinotites se renforcent partout.

Tinos vénitienne repousse en 1570 une attaque de la flotte allant assiéger Chypre. Mais le fait capital de l'époque est la victoire navale chrétienne de Lépante en 1571 : les Ottomans y perdent leur suprématie navale et l'Egée va devenir pour longtemps le théâtre d'opération des corsaires, des pirates et des marines occidentales. La situation est de nature à freiner la consolidation du pouvoir ottoman dans les îles.


Corsaires, pirates, pillages

Je cite, p. 116 et sq. : Pendant tout ce siècle (le dix-septième, NDLA) sévit en Egée une guerre ou guérilla entre navires chrétiens et vaisseaux ottomans. Les Turcs se virent bientôt réduits à adopter une attitude défensive et leur présence dans les Cyclades devint plus irrégulière. Les expéditions de ces corsaires se faisaient sous le couvert des pavillons de puissances chrétiennes qui se sentaient obligées de se livrer à une guerre sainte perpétuelle contre l'Islam : Malte, la Toscane et Naples. Les îles égéennes, où la puissance ottomane se limita à quelques rares points fortifiés (Chio, Mytilène, Kos et Rhodes) et où la population indigène montrait quelquefois un esprit coopératif à l'égard des aventuriers occidentaux, étaient un champ d'opérations magnifique pour les corsaires... La confusion en Egée était encore augmentée par la présence de vaisseaux anglais et néerlandais qui, quoique battant pavillons de pouvoirs "amis" ne s'abstenaient nullement de porter des dommages aux Turcs. Les Anglais et les Néerlandais se servirent de haut-bords du type atlantique, si lourdement armés qu'ils pouvaient impunément se livrer à toutes sortes de rapines...  En route, ces "marchands" dévalisaient chaque navire rencontré.


On compte deux temps forts durant lesquels la guerre de course et la guerre navale tout court se déchaînent :1645 - 1669, années qui correspondent à la guerre de Crète entre Turcs et Vénitiens, où Venise perd la grande île mais fortifie ses positions en Dalmatie, faisant de l'Adriatique son golfe, et 1683 - 1699 période de la guerre de la Sainte Ligue où les Vénitiens reprennent le Péloponnèse et l'Attique aux Ottomans. Dans tous les cas la marine vénitienne se montre supérieure, allant jusqu'à affamer Istanbul en fermant les Dardanelles.

Durant ces deux périodes l'archipel devient ou redevient le domaine de Venise, qui s'appuie sur les kinotites, ce qui va entraîner de cruelles représailles ottomanes opérées notamment par les Barbaresques d'Alger..

 dans le même ordre d'idées, les corsaires anglais traquent les navires marchands français durant la guerre de Hollande, entre 1672 et 1678, utilisant l'Egée comme théâtre d'un conflit européen...

Et certaines Cyclades - Milos, Kimolos, Mykonos - vivent à l'heure de l'île caraïbe de la Tortue ! Je cite, p. 169 :  Le chef-lieu de Milos devint, grâce au commerce de butin, le principal port des Cyclades. A Milos, les pirates échangeaient leur butin contre des vivres ou de l'équipement; ils y avaient leurs maisons et leurs amies ou femmes. La colonie de pirates de Milos avait une filiale sur l'île voisine de Kimolos où séjournaient les éléments de la classe inférieure, le menu fretin, alors que Milos servait de résidence aux grands capitaines italiens et français.  Le registre ecclésiastique latin de Kimolos existe encore, quoique le mot 'registre' soit peu adapté à la collection de morceaux de papier barbouillés par Giorgio Rossi, un natif de Syros, curé de la colonie pirate, moralement et intellectuellement fort bien adapté à ses ouailles...  A Mykonos également s'établit une grande colonie de pirates. Les immigrés qui provenaient surtout de la Vénéto-Dalmatie et de Raguse pouvaient facilement se réfugier dans l'île voisine de Tinos en cas de menace d'attaque turque.


Missionnaires, ambassadeurs, consuls

Réception de l'ambassadeur de France au sérail de Constantinople

Au début du dix-septième siècle les puissances chrétiennes prennent conscience de la faiblesse de l'Empire et commencent à considérer le sultan comme l'homme malade de l'Europe. Même la France alliée depuis les Capitulations - traité d'alliance entre Soliman et François Premier contre les Habsbourg de Vienne et de Madrid - évoque son dépècement comme l'atteste ce texte d'Henri IV : 

Me persuadant que l'empire de ce seigneur tombera bientôt en confusion ... auquel cas il sera peut-être nécessaire que j'embrasse l'occasion de m'en prévaloir comme feront les autres.

On songe même à des projets de croisade, plus ou moins fantasmés, mais c'est par l'institution de consuls, chargés de protéger le commerce de leurs nations respectives en relation étroite avec leurs influents ambassadeurs à Istanbul et par l'envoi de missionnaires protégés, Jésuites et Capucins français, Franciscains et Capucins italiens que se répand d'une manière pacifique l'influence occidentale. L'ambassadeur de France Salignac et celui de Venise prennent non sans conflits les églises latines des Cyclades sous leurs égides. On assiste à la mise en place d'un protectorat religieux. En 1626 les Jésuites s'installent à Andros, puis à Naxos et à Santorin. Les Capucins les suivent, encouragés par la Congrégation de la propagation de la foi, instituée par le pape en 1622. 

En 1673 l'ambassadeur de France de Nointel obtient la réduction au profit de la France des droits de douane ottomans puis en 1678 une Capitulation controversée donnant à son roi la protection des Latins de l'Empire.

Désormais, les Turcs ne sont plus la seule influence qui compte. L'intégration des Cyclades comme province dans l'empire ottoman est bloquée.


La reddition de Tinos, une normalisation ?

La guerre de la Sainte-Ligue, qui inaugure le retrait ottoman d'Europe centrale est un triomphe pour Venise qui reconquiert la Morée, s'empare l'île de Sainte-Maure et de l'Attique; en 1699 au traité de Karlowitz la République obtient ces territoires, moins Athènes, et des places fortes en Dalmatie. 

Mais l'humiliation de la défaite nourrit à Istanbul un puissant désir de revanche tandis que l'intérêt de Venise se détourne de ses territoires grecs, pauvres et difficiles à administrer alors que la guerre de Succession d'Espagne mobilise son attention sur ses frontières italiennes.

Exombourgo, par Francesco Basilicata


Fin 1714, les Turcs déclarent la guerre à Venise, mais ce n'est qu'au cours de l'été de 1715 que les opérations commencent véritablement . La flotte ottomane, sous les ordres du kapudan pacha Canim Hoca quitte alors les Dardanelles. Son objectif est Tinos. La dernière île vénitienne des Cyclades tombe entre les mains des Turcs le 7 juin sans opposer beaucoup de résistance. Les deux forteresses de Crète de Suda et de Spinalonga se rendent également; le Péloponnèse est conquis au cours d'une expédition de quelques mois. Les Vénitiens sont entièrement chassés de l'Egée.

Voici le récit que l'auteur donne de la prise d'Exombourgo, p. 253 : 

Le 5 juin 1715, une grande flotte ottomane apparut devant le port de San Nicola et débarqua rapidement 12.000 hommes. La milice tiniote, assemblée à la hâte, fut gênée dans ses mouvements par des fugitifs venant de San Nicola et de la région densément peuplée entre le port et la capitale. Cette milice arriva trop tard au débarcadère pour y repousser les Turcs : ceux-ci  avaient déjà débarqué en tel nombre qu'ils réussirent à mettre les Tiniotes à la retraite... Peu après, les Turcs apparurent devant la capitale, située à une distance de 3 kilomètres de San Nicola dans l'intérieur de l'île. Ils avaient apporté avec eux de lourds canons de siège, destinés à la guerre dans le Péloponnèse et qui causèrent d'énormes ravages dans la ville pleine de réfugiés. De plus, le commandement vénitien était divisé sur la stratégie à suivre. Les militaires, une centaine de soldats en garnison dans la ville ayant à leur tête l'esclavon Petrovic, voulaient tenir tête aux Turcs, avançant pour cela un argument très réel, à savoir que les Turcs ne pouvaient pas prendre le risque d'exposer très longtemps leurs galères sur les plages ouvertes de Tinos (en juin, le risque de tempête y est grand). Le gouverneur Bernardo Balbi, pour sa part, voulait capituler, n'ayant aucun espoir dans l'arrivée de renforts quelconques, en quoi il avait raison puisque la flotte vénitienne destinée à lui porter secours ne se hasarda en Egée qu'en novembre. Pour se disculper, le provéditeur déclara plus tard qu'une assez grande portion de la population penchait également pour la capitulation et qu'il avait agi sous la pression de ces éléments... Les négociations aboutirent à la reddition de la forteresse avec comme condition la libre retraite des défenseurs et de tous les habitants désireux de s'établir en pays chrétien.

L'accord prévoyait que Tinos serait administrée comme les autres Cyclades turques et que les droits de l'église latine seraient préservés. En fait Tinos va se "normaliser" : la fin de la domination vénitienne, la disparition du rôle stratégique de la forteresse rendent inutiles les fonctions militaires des feudataires et celle de la commune les fonctions politiques des citoyens. Seules restent solides les communautés villageoises, kinotites, représentées par leurs vieillards, gerontes, comme dans les autres Cyclades et bien sûr les Eglises grecque et latine.
La fin des guerres entraîne la diminution de la piraterie mais l'administration ottomane, très affaiblie, vraiment décadente, se révèle incapable de résider durablement dans les Cyclades et se contente d'y prélever les impôts collectés par les kinotites elles-mêmes. Voila une situation de quasi autonomie qui n'évoluera pas jusqu'à la révolution de 1821. Elle prépare lentement, avec le soutien des étrangers, Russes, Français, Britanniques l'émergence du néo-hellénisme.

Voici le lien qui permet d'accéder au texte intégral : Archipelagus Turbatus



dimanche 20 janvier 2019

L'imbroglio macédonien

Depuis l'hiver 2018 la question macédonienne enflamme à nouveau l'opinion grecque et nous, Français ne comprenons pas grand chose à cet imbroglio issu des siècles passés, ravivé par le nationalisme de l'Etat grec aux 19 e et 20 e siècles et désormais compliqué par le jeu fourré des USA dans les Balkans.




La querelle actuelle remonte à la décomposition de la Yougoslavie et à la proclamation en 1991 à Skopjé d'une république indépendante de Macédoine prenant pour symbole national le soleil de Vergina, l'emblème d'Alexandre le Grand. En Grèce la réaction est violente : embargos, campagne pour empêcher la reconnaissance internationale du nouvel Etat, manifestations de masse. Au delà de la querelle sur le nom et les symboles - Alexandre le Grand appartient évidemment au patrimoine hellénique - les Grecs redoutent de voir Skopjé revendiquer des territoires en Macédoine égéenne, acquis lors des guerres balkaniques et partiellement peuplés de Slaves macédoniens.

Mais le conflit a des racines profondes. Comme la Grèce, la Bulgarie ou la Serbie, l'actuelle république de Macédoine est un territoire post-ottoman issu du partage de la province de Thessalonique où se côtoyaient tant bien que mal chrétiens orthodoxes et musulmans, Slaves, Albanais, Grecs, Valaques et Juifs, minorités installées souvent par la volonté des sultans. En 1912 - 1913 les armées bulgare, serbe et hellénique ont arraché ce territoire plongé dans la guerre civile (guerre des Komitadjis) à l'Empire ottoman puis l'ont partagé dans la douleur, Serbes et Grecs en recevant la meilleure part, la Macédoine égéenne et Thessalonique pour les Grecs, celle du Vardar avec la route reliant l'Egée à l'Europe centrale pour les Serbes et celle du Pirin, stérile et montagneuse pour les Bulgares. Ce partage, effectué dans le contexte d'Etats-nations de type moderne ("westphalien" pour Georges Prévélakis) a entraîné des politiques d'assimilation, de déplacement, d'appropriation culturelles et même de purification ethnique appliquées aux minorités linguistiques et religieuses par les Etats-nations. En Grèce, la langue slave a été proscrite, les patronymes hellénisés; les Macédoniens sont devenus des Serbes du sud pour Belgrade, les Albanais ont été traités en sujets de seconde zone par tous et les musulmans souvent chassés vers la Turquie. Durant la seconde guerre mondiale les Bulgares et les Albanais, alliés de l'Axe ont pris une cruelle revanche. Enfin, durant la guerre civile grecque et dans le contexte de la guerre froide, Tito et Dimitrov lancèrent l'idée d'une fédération balkanique regroupant les trois Macédoines, au grand scandale des Grecs...
Tout cela a laissé des traces dans la conscience douloureuse des peuples. Il est impossible de considérer les guerres de Yougoslavie de 1990 - 95 sans se référer à l'histoire : les cadavres dans le placard abondent ! Ces peuples voisins ne s'aiment pas. Ou au minimum nourrissent les uns envers les autres une lourde méfiance.

La géopolitique actuelle vient ajouter une couche de complexité qui fait peu de cas de l'histoire profonde.
La guerre de Syrie nous fait vivre un retournement des alliances dont les conséquences se font sentir dans les Balkans tout entiers : la Turquie d'Erdogan, membre de l'OTAN, se rapproche de la Russie dans un contexte d'avancée de l'influence occidentale en Ukraine, en Albanie, au Kosovo et en république de Macédoine. La quasi-défection des Turcs comme gardiens des détroits et comme opposants naturels à l'accès de la puissance russe en Méditerranée renforce de fait le rôle stratégique de la Grèce.
Alors que Russes et Grecs partagent une relation ancienne et de nombreuses valeurs, Alexis Tsipras choisit clairement son camp, celui de l'Occident :
- dans l'hiver 2018 il annonce son intention de normaliser les relations de la Grèce avec Skopjé, où les élections de décembre 2016 viennent de porter au pouvoir un pro-occidental, Zoran Zaev; Tsipras indique que son pays ne s'opposera plus à l'entrée de la Macédoine dans l'OTAN et dans l'Union européenne; des manifestations monstres sont organisées à Thessalonique et Athènes;
- en juin 2018 un accord est trouvé entre Tsipras et Zaev : La Skopia, comme disent les Grecs va s'appeller Macédoine du Nord;
- en juillet 2018 : sous prétexte d'ingérence, des diplomates russes sont expulsés de Grèce. Il s'agit clairement d'isoler la Russie dans les Balkans où elle ne peut plus compter que sur la Serbie;
- en janvier 2019 Tsipras fait approuver de justesse par le parlement les nouvelles relations qui unissent Grèce et Macédoine du Nord, au prix de la démission du ministre Kammenos.

Si l'on suit les idées de Georges Prévélakis qui voit dans la position géostratégique de son pays une source de rente étrangère, européenne et américaine, on peut penser qu'une nouvelle vague de népotisme et de corruption va nourrir les "élites" grecques. Je renvoie à la fiche de lecture de Qui sont les Grecs ?
On peut aussi s'étonner de la plasticité du Premier ministre Tsipras, soi disant de gauche radicale qui devient la marionnette de Trump et de Juncker, contre le sentiment de son peuple. Je ne prétends pas qu'il faille soutenir en tous points le nationalisme grec, je ne crois pas à une revendication de territoires par la Macédoine du Nord, mais je m'étonne de voir évoluer ainsi un dirigeant qui pouvait incarner un contre pouvoir en Europe orientale et préparer efficacement l'instauration de rapports meilleurs entre l'Europe et la Russie.


Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...