Affichage des articles dont le libellé est bars de plage. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est bars de plage. Afficher tous les articles

samedi 25 janvier 2020

Non aux bars de plage !

Depuis l'année 2016 on assiste à Tinos à la prolifération des bars de plage. Ils allongent leurs paillotes sur les plages les plus populaires, Porto, Agios Phokas, Kolivitra, Agios Romanos, diffusent une musique difficile à supporter et provoquent des embouteillages tout aussi insupportables !
Cette nouveauté est due à l'application de la nouvelle loi littorale grecque qui réduit le domaine public à quelques mètres à partir de la mer et permet la concession des plages à des entreprises privées, taverniers et bistrotiers.





Certes il en faut pour tous les goûts, la Grèce et les Grecs manquent d'argent et ce commerce entretient l'activité économique de Tinos. Mais nous sommes beaucoup de résidents ou de semi-résidents à redouter que les plages d'accès difficile, comme Livada ou Santa Margarita ne subissent le même sort c'est à dire l'invasion des bagnoles et des buveurs de mojitos. Une route carrossable et un nouveau bar sont parait-il à l'étude pour abîmer Apigania...
Bien sûr Tinos reste la plus calme et la plus préservée des Cyclades. Rien à voir avec Mykonos ou Santorin qui sont dénaturées par le tourisme de masse ce qui entraîne leur "déshéllinisation" (on y parle plus anglais que grec, le genre de vie y est devenu celui des Anglo-saxons, la foule étrangère submerge la culture grecque en un mot). Mais je ressens parfois les prémisses de l'entrée de l'île dans l'ère du grand tourisme.
Au reste la mairie locale favorise ce mouvement par sa présence sur les grands salons touristiques internationaux.
Attention, cette politique est à double tranchant : elle favorise le développement économique mais elle risque de faire perdre l'âme de cette Cyclade restée paysanne, conviviale, authentique et simple.
Attention, je pense que c'est précisément pour goûter cette authenticité que de nombreuses familles notamment françaises se sont installées à Tinos.

Amis Grecs ne vendez pas votre île pour une poignée d'euros !

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...