Affichage des articles dont le libellé est serpents. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est serpents. Afficher tous les articles

vendredi 3 mars 2017

Pour en finir avec les serpents de Tinos

La plupart des guides touristiques indiquent que Tinos est envahie par les serpents ! Et les vacanciers s'en inquiètent à juste titre.
Habitant une moitié de l'année dans l'île, je souhaite rétablir la vérité et indiquer la cause possible de cette affirmation très exagérée.




Oui, il y a des serpents à Tinos, mais le plus souvent il s'agit de couleuvres longues comme des tuyaux d'arrosage mais absolument inoffensives. Il n'y a pas plus de vipères que dans les autres régions méditerranéennes. Globalement pas plus de serpents qu'ailleurs !

Et pour cause, Poséidon, dont l'équivalent latin est Neptune, le dieu de la mer que l'on adorait dans l'Antiquité au sanctuaire de Kionia les a chassés ! Voici les témoignages de Pitton de Tournefort, qui séjourna à Tinos en 1701 puis de Choiseul-Gouffier, de passage en 1781 :

On a dit plus haut qu’on l’avait nommée l’île aux serpents, mais Hésychius de Milet nous apprend que Neptune s’était servi de cigognes pour les exterminer ; il faut que cela soit vrai, ou que la race de ces reptiles en soit éteinte puisqu’on n’y en voit plus.


Suivant Etienne le géographe, l’île de Ténos retint le nom de celui qui s’y installa le premier. Bochart au contraire veut qu’il dérive du mot phénicien Tannoth, serpent ou dragon. En effet tous les historiens s’accordent à dire que cette île était remplie de serpents ; elle prit même le nom d’Ophiussa et donna dans la Grèce à la vipère celui de Taenia. Ils étaient si abondants et si dangereux que les habitants auraient été obligés de l’abandonner si Neptune n’était venu à leur secours et ne les en eût délivrés. Ils lui élevèrent un temple magnifique, dans un bois, près de la ville de Ténos. Ce dieu y était honoré comme un grand médecin et l’on y célébrait des fêtes en son honneur.

Hésichios de Milet est un historien byzantin du 6e siècle et Etienne le Géographe ou Etienne de Byzance un auteur du 5e.

Gageons donc que les modernes cicérones des Guides Bleus et verts n'ont lu que le début des textes anciens et se sont contentés de se copier mutuellement en jetant l'opprobre sur Tinos et ses serpents virtuels ! 

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...