mardi 6 février 2018

L'île des pigeonniers

Selon la savante étude d'un architecte de Patras, publiée dans les années 1980, Tinos renfermerait un millier de pigeonniers, bien plus que dans les autres Cyclades ! Et quels pigeonniers ! Ces tours massives portant des merlons à leurs angles sont délicatement ornées de rouelles de triangles, de losanges qui forment une dentelle de pierre, attestent de l'habileté des maçons-paysans et de l'attention portée par leurs propriétaires à ces précieux édifices.





Pigeonniers et conquérants latins


En 1204 les Croisés dévoyés de la Terre Sainte par le doge de Venise prirent la capitale byzantine, Constantinople, se répandirent en Grèce et dans l'archipel, créant un éphémère empire latin d'Orient au sein duquel les Vénitiens se réservèrent notamment les Cyclades, essentielles à leur commerce. Tinos fut atteinte en 1207. Les Ghizzi, seigneurs italiens, y transportèrent la religion catholique et le droit féodal occidental. Ce droit fut cristallisé par les Assises de Romanie dans la première moitié du 14ème siècle. En 1390 la république de Venise succéda aux Ghizzi et conserva ce droit qui réservait aux nobles, comme dans l'ancienne France, le droit de posséder un colombier.
La longue durée de la présence latine à Tinos - de 1207 à 1715 - explique le nombre des pigeonniers : on en trouve certes quelques uns à Andros ou à Naxos et ailleurs, mais ces îles passèrent dès 1537 sous la houlette des Ottomans qui abolirent le droit de colombier, ôtant à ces derniers toute signification de domination sociale.

Pigeonniers et féodalité latine


En effet la possession de pigeonniers signifiait noblesse, comme le port de l'épée, d'un blason et surtout le service militaire exclusif à la forteresse d'Exombourgo qui entraînait l'exploitation de seigneuries. Selon le P. Markos Foskolos les nombreux villages de Tinos dont les noms se terminent par -ados (Arnados, Ktikados, Skalados, Venarnados ...) proviennent des anciens fiefs latins : le village de Skalados, dont le nom italien est Cicalado, aurait été dominé par les Cicala, des nobles de Ligurie ou du royaume de Naples.

La reddition de la forteresse en 1715, ouvrant la voie à la courte période de domination ottomane, entraîna, comme dans le reste des Cyclades deux siècles plus tôt, l'abolition du droit de colombier.
Et conséquemment la construction de nombreux pigeonniers puisque désormais toute personne qui en avait les moyens pouvait accéder à ce prestigieux marqueur social .... et en utiliser les richesses.

Pigeonniers et agriculture ancienne


Parallèlement à ce qui vient d'être écrit il faut relever l'importance des pigeonniers dans l'ancienne agriculture.

Tinos connaissait le cercle vicieux commun à de nombreuses régions méditerranéennes : dans une économie autarcique et de subsistance, la culture des céréales était privilégiée, mais du fait de l'absence d'amendement et de la rareté du fumier, les rendements étaient très faibles, ce qui entraînait de longues périodes de jachères, la mise en culture des parcelles les plus ingrates et souvent la disette.
Le 18ème siècle vit la population insulaire s'accroître jusqu'à compter le nombre de 20000 habitants. Le maximum fut atteint en 1809, selon un recensement ottoman. Pour se nourrir et se nourrir mieux les paysans désormais libérés du droit féodal se tournèrent vers un jardinage intensif en utilisant la fiente des pigeons comme engrais dans leurs parcelles situées près des sources et des zones humides. De très nombreux pigeonniers ont été construits au 18ème et dans le premier 19ème siècle dans ce but. D'où leur concentration dans les vallées comme à Tarampados, où l'on a su les mettre en valeur, ou à Agapi. D'où aussi la renommée des produits maraîchers de l'île. Notons enfin que les colombiers étaient une source de protéines, sous la forme de viande et d'oeufs.


Les pigeonniers de Tinos aujourd'hui


L'économie contemporaine de Tinos dont les bases sont le pèlerinage orthodoxe, la construction, la production d'artichauts primeurs et le tourisme estival a retiré aux pigeonniers leur fonction économique. Certes ils restent un des symboles de l'île mais beaucoup sont ruinés ou menacent ruine, trop peu sont entretenus - excepté dans la vallée de Tarampados - et bien qu'ils soient classés par le ministère de la culture hellénique leur restauration n'est pas encouragée financièrement. Il suffit de marcher sur les sentiers de l'île pour constater que cet antique patrimoine est en péril.

Je veux ici saluer le travail de Maya Tsoclis, présidente des Amis du Vert (Filoi tou prasinou) qui s'est donné pour objectif de restaurer le plus de pigeonniers possible et en appeler une nouvelle fois à promouvoir à Tinos un tourisme durable favorisant la découverte du patrimoine paysan. Le dégagement et le balisage du réseau de sentiers, décidé par la municipalité, est un premier pas dans cette voie.








jeudi 1 février 2018

Bons plans pour bien vivre à Tinos

Vous voilà à Tinos ! Vous avez réservé j'espère une belle maison paysanne, vous disposez bon véhicule Vidalis (à Tinos un 4 x 4 n'est pas utile) et le soleil des Cyclades brille. Voici quelques suggestions visant à rendre votre séjour le plus agréable possible. J'ai rédigé récemment un article sur les bonnes adresses de la petite ville de Tinos; voici à présent une série de bons plans concernant l'intérieur de l'île.


bien vivre a Tinos

Déjeuner ou dîner

Les tavernes de Tinos sont généralement excellentes mais ma préférée reste celle de Rokos à Volax dont j'ai fait la cantine de mes stages de distillation d'huiles essentielles. J'aime aussi à Panormos le Limanaki, ses produits de la mer tout frais et son vin blanc sec un peu muscat. Très bons aussi le Sta Phys'Aera d'Aetofolia, cochon de lait au miel... Zacharias à Skalados et le Katoï de Smardakito.

Boire une bière ou un raki

Une bonne ambiance  tiniote règne au Kafenio tis Kyras Lenis à Krokos. Les paysans viennent s'y rafraîchir après le travail et causent politique, comme partout en Grèce. C'est là que j'ai été initié au patois, le Tiniaka par de rudes professeurs ! Très sympa aussi le petit bistrot d'Agapi où l'on est servi par de gentilles vieilles dames.
N'oublions pas Pyrgos et les cafés qui entourent le platane séculaire. Je considère la place de Pyrgos comme l'une des plus belles de Grèce

Produits locaux

Il n'y a pas qu'en ville que l'on trouve des produits locaux ! A Skalados, tout près de la place où l'on peut se garer Concetta vend les légumes de son jardin : rien à voir avec ceux du supermarché. Elle fait aussi des confitures, des fruits confits, des câpres en saumure, du bon vin maison et des tomates sèches.
Sur la route principale, à l'entrée de Komi, Eleni vend d'excellents fruits confits
A l'entrée de Volax Joseph Vidos vend toutes sortes d'herbes cueillies dans la nature. Il parle bien anglais. Mentionnons la fromagerie de San Lorenzo à Kechros qui produit des balakia de vache ou de brebis et du kopanisti, très fort.
Pour les câpres et le miel allez à Potamia chez Jean-Luc, un Français pas bobo du tout installé ici depuis 40 ans. Ses câpres conservées dans l'eau de mer conservent tout leur arôme. Jean-Luc vend aussi du miel et un peu de raki.
Les nonnes du monastère de Kechrovouni vendent aussi leurs confitures.

Vins de l'ile

Si vous avez les moyens achetez du T'oinos blanc et rouge. Ce vin exceptionnel qui est servi dans les restaurants de Ducasse est produit au dessus du village de Falatados. Le chais se trouve entre Falatados et Steni.

A la sortie de Tinos-ville en direction de Porto voici la cave de Vakis (potopolion). On y trouve des vins de toute la Grèce, à découvrir le Nykterinos de Santorin vendu par 5 litres et pas cher du tout.
Tout à côté se trouve la brasserie Nisos qui produit une bonne bière locale.

Gâteaux

La plus grande pâtisserie de Tinos se trouve à Tripotamos, sur la route principale. Son nom est Chalaris (depuis 1926 !). Succulentes amygdalota
A Pyrgos ne manquez pas de déguster un galaktoboureko dans un des cafés qui entourent le vénérable platane oriental.

Plages et baignade

En août les plages auxquelles on peut accéder en voiture sont assez fréquentées : depuis le contrôle des changes instauré en juin 2015 les Grecs sortent moins de leur pays et visitent les Cyclades. Pour être tranquille il ne faut pas hésiter à quitter les sentiers battus. Par exemple la plage d'Apigania, à 20 minutes de marche par un bon sentier, se révélera bien plus agréable que celle surpeuplée d'Agios Romanos. De même à Kolivitra, dépassez les deux premières plages et baignez-vous dans les deux dernières, il n'y a personne ou presque. Tinos regorge de criques tranquilles. Marchez !!!

Sentiers 

Un jour de grand vent partez d'Exombourgo, l'ancienne capitale fortifiée de l'île et descendez jusqu'en ville par le vieux sentier vénitien, très bien conservé. A Exombourgo vous verrez les ruines de la citadelle et celles de la ville archaïque (murs cyclopéens et stylobate de temple), près de Ktikados une vénérable église byzantine, la Kyra Xeni, au dessus de la ville les ruines de son acropole, dont les reste de deux tours du Vème siècle bâties de gros moellons à joints vifs. En ville vous pourrez prendre un taxi pour remonter au point de départ sans transpirer !
Beaucoup de sentiers balisés partent d'Exombourgo. Les sentiers de Tinos font l'objet d'une action publique visant à promouvoir un tourisme durable.

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...