Affichage des articles dont le libellé est droits de l'homme. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est droits de l'homme. Afficher tous les articles

mercredi 3 février 2016

La chancelière, la Grèce et les réfugiés

Un article du journal grec Kathimerini fait état d'un "deal" possible entre la chancelière et le premier ministre grec : en substance si les Grecs conservent les réfugiés et les migrants sur leur sol, le gouvernement allemand se montrera compréhensif dans les négociations sur la dette. Tout cela dans le contexte d'une possible exclusion de la Grèce de l'espace Schengen et de la fermeture des frontières bulgare, macédonienne et albanaise.

La chancelière est affaiblie politiquement par les évènements de la nuit du nouvel an à Cologne et Hambourg. Machine arrière toute : l'Allemagne, si généreuse à l'automne 2015 ne veut plus désormais de ces migrants et réfugiés réputés inassimilables et rapproche sa position de celle des pays d'Europe centrale. Mais que faire de tous ces pauvres ? La solution est simple : les parquer en Grèce isolée et sans ressources.




Je suis écoeuré : d'abord migrants économiques et réfugiés sont des êtres humains dont on bafoue les droits (les fameux droits de l'homme, une des bases de la construction européenne !) en les traitant comme des ballots de marchandises, à parquer, à stocker dans un pays dont on sait qu'il n'a pas les moyens de les recevoir et ne peut que les laisser pourrir dans des camps de fortune.
Ensuite voir le gouvernement allemand, ce modèle de vertu européenne, sous la pression de sa population redevenue nationaliste tourner sa veste en quelques semaines et modérer sa posture de gendarme économique envers la Grèce bafouée est révoltant de cynisme. C'est le discours du riche au pauvre, du seigneur au manant. Les égoïsmes nationaux reprennent tous leurs droits, et dans ce cas précis Machiavel triomphe.













Rajoutons que c'est du pilotage à l'audimat, de la politique TF1. De l'affolement dû à l'impréparation de l'Europe face au phénomène migratoire et à l'inaction face à la guerre civile syrienne. Pouah !

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...