Affichage des articles dont le libellé est projet d'accord UE Turquie 7 mars 2016. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est projet d'accord UE Turquie 7 mars 2016. Afficher tous les articles

mardi 8 mars 2016

Capitulation morale

Les termes du projet d'accord entre l'UE et la Turquie envisagé le 7 mars sont les suivants si j'ai bien compris :
- la Turquie reprendrait tous les migrants entrés illégalement en Grèce via son territoire, qu'il puissent prétendre au statut de réfugié (Syriens et Irakiens, issus de pays en guerre) ou non (les migrants économiques, Pakistanais par exemple);
- elle renverrait vers l'UE les réfugiés ayant fait la demande de ce statut officiel, régi par la convention de Genève, sur son sol dans la proportion de 1 pour 1 (1 Syrien renvoyé de Grèce par exemple contre un Syrien venu d'un des camps établis en Turquie);
- l'UE se voit demander 3 milliards d'EUR supplémentaires, une concession sur les visas de court séjour au bénéfice des citoyens turcs et la reprise des pourparlers sur l'adhésion de la Turquie à l'UE.

Un pauvre en Turquie coûte moins cher qu'en Grèce, dont la monnaie est l'Euro, le marché sera vraisembablement  accepté.

Ce projet est une véritable capitulation morale : l'UE rejette sur un pays qui joue sa partition dans la guerre de Syrie la responsabilité de la gestion de dizaines de milliers d'êtres humains désemparés. L'UE donne sa confiance à un Etat autoritaire qui piétine la liberté de la presse, brutalise sa population kurde, et entretient des relations troubles avec le groupe Etat islamique. L'UE lui accorde néanmoins la qualification de pays sûr !
L'UE entérine pratiquement la fermeture des frontières balkaniques, piégeant des milliers de gens dans la boue d'Idoméni.

Pourquoi ? Avant tout pour protéger l'Europe du nord-ouest et assurer le pouvoir de ses dirigeants, Merkel, de Rutte, Juncker et consorts, mis à mal par les réactions de rejet des réfugiés/migrants qui se manifestent en Allemagne et en Europe centrale, son hinterland. Donc les droits de l'homme, on s'en fout dans la plus grande démocratie de la planète. On passe la patate chaude à Erdogan. Qu'il s'occupe de tous ces pauvres puisqu'on va le payer pour ça ! Qu'il vide la Grèce. Et qu'on en entende plus parler. Ce sera sous contrôle, et d'une main de fer.
Et puis, dans la mesure où l'Europe est depuis les négociations avec la Grande-Bretagne une Europe à la carte, sans principes ni idéal communs, et qu'elle compte des Orban et des Kaczynski, on peut bien accepter Erdogan dans le club !

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...