Affichage des articles dont le libellé est mener une vie modeste - refus de la société de consommation. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est mener une vie modeste - refus de la société de consommation. Afficher tous les articles

vendredi 24 janvier 2014

La vie modeste


Encore la crise en Grèce ! Une des réponses qu'on peut lui opposer est de choisir la vie modeste. Cultiver un jardin, élever des animaux de basse-cour, exploiter intelligemment les ressources de la nature, pêcher, couper son bois de chauffage, circuler avec un deux-roues ou une voiture sobre, pratiquer des échanges non-commerciaux... En fait éviter au maximum le contact avec la société de consommation et mesurer son caractère artificiel.

Le contact avec la société de consommation nourrit par le biais des taxes l'Etat prédateur au service de la Troïka. Il faut en être conscient : l'impôt en Grèce nourrit maintenant un Etat minimal qui a abandonné l'idée de fraternité pour se concentrer sur les exigences des marchés et des bailleurs de fonds, réduction des dépenses et surtout dévaluation interne à la zone euro, la baisse du prix du travail étant censée attirer des investisseurs dans le pays. Je ne cautionne pas cette politique, donc j'évite de nourrir le monstre !

Et puis, consommer dans l'environnement mondialisé revient à exploiter les populations des pays émergents : nous avons perdu le sens des coûts devant l'envahissement de marchandises à bas prix produites par des populations surexploitées au Bangladesh, en Chine, bientôt en Afrique. Je ne cautionne pas le travail des enfants, donc je sous-consomme !

La crise en Grèce est-elle une crise pionnière, pouvant s'étendre ailleurs dans des pays désindustrialisés ou en passe de l'être ? Sûrement. Si aucune révolution technologique majeure n'intervient dans la vieille Europe dans les prochaines années, rien ne pourra résister au déferlement des biens issus des pays à bas prix de main-d'oeuvre. Nous ne pourrons plus créer de valeur. Et si nous ne changeons pas délibérément notre attitude vis à vis de la consommation, nous connaîtrons le malheur du peuple grec que l'agriculture locale ne parvient pas à nourrir et qui s'est très largement désindustrialisé, interdisant une sortie de l'Euro. Donc se préparer. Rendre doucement impossible le fonctionnement du système pour le contraindre à évoluer, rejoindre Gandhi quand il appelait à filer et tisser.

Et puis sortir du primat de la croissance chiffrée et prendre en compte des indicateurs  de développement humain.

Parcs éoliens de Tinos : comment perdre la maîtrise de son territoire

  Mon épouse et moi étions à Tinos à la fin de février. Par une belle journée déjà printanière nous nous sommes rendus à Agios Phylaktos, la...